Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Proutovski le Sam 22 Juin - 8:58

Mes frères, dans un soucis de démocratie, j'entreprends désormais de vous donner la parole dans une série d'interviews irrévérencieuses. Pour commencer, j'ai proposé à notre président du vice, Doktor Cadok Benguigui de s'exprimer. Voilà ce que ça donne :



Proutovski : Salut mon frère, pas trop stressé ?

Doktor Cadok Benguigui : Si, un petit peu. Je me sens un peu comme Cali quand il passe à On n'est pas couché :s

Proutovski  : Erf, ça va aller, détends-toi.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais allez

Proutovski  : Enfin pisse pas sur le canapé non plus

Doktor Cadok Benguigui : Je suis pas dans mon canapé, ça va bounce

Proutovski  : Pour commencer, on va écouter notre générique de péteux :


Doktor Cadok Benguigui : C'est beau :'(

Proutovski  : Y a la fête de la musique sous ma fenêtre, donc ça gâche tout :/ .

Doktor Cadok Benguigui :  Very Happy

Proutovski  : On va mettre les choses au clair tout de suite. Tu veux que je t'appelle Crocadok, Croc, Cadok, Nah, Muscular, Bartholomé, Benguigui, docteur, Robin ou Périgault ?

Doktor Cadok Benguigui : J'ai une préférence pour Croc. :/

Proutovski  : Ok, Croc.
Un petit mot sur toi, d'abord. Tu m'arrêtes si je me trompe. En ce moment, tu vis à Arçonnay dans la Sarthe, mais tu es né à Alençon. Tu te sens plus normand ou sarthois ?

Doktor Cadok Benguigui : C'est une dure question... je ne me suis jamais donné une identité régionale particulière. En fait je vais faire un peu mon intello bobo, mais je prends un peu tout ce que me donne mon milieu.

Proutovski  : Ok, citoyen du monde, quoi

Doktor Cadok Benguigui : Ouais voilà. Ça me définit bien.

Proutovski  : Tu es né le 21 mars 1994 à 16h12.

Doktor Cadok Benguigui : C'est exact. Un après-midi de mars le mois de mars

Proutovski  : C'est un jour important, le 21 mars, parce que c'est le premier jour du zodiaque. À n'en pas douter, dans la vie, tu fonces toujours tête baisser, t'es un homme bouillonnant qui fait toujours le premier pas. D'ailleurs, le 21 mars, c'est aussi le jour de naissance de Steven Seagal.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, et de Xavier Bertrand aussi. Et Uematsu. A n'en pas douter, c'est le jour des vainquants.

Doktor Cadok Benguigui : Je suis fier d'être né ce jour.

Proutovski  : Et tu as bien raison. Je pense quand même que tu es plus proche de Steven Seagal.

Doktor Cadok Benguigui : Merci : D !

Proutovski  : Tu es ascendant Lion.

Doktor Cadok Benguigui : Ah ouais. Peut être que plus tard je serais acteur et je casserais la tête aux méchants moi aussi, avant d'être monté sur roulettes.

Proutovski  : Donc tu as un certain égo, tu aimes être admiré. Je crois que tu viens de nous le prouver.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, on peut arrêter l'interview maintenant. \o/

Proutovski  : Non, je fais ton portrait d'abord, c'est un programme sérieux, ici, compris ?

Doktor Cadok Benguigui : Rooh, je taquinais, c'était une petite boutade. Allez, je suis sérieux.

Proutovski  : De toute façon, tu as Mars en Poissons, donc tu feras pas peur à grand monde

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, mais je suis ascendant Lion aussi.

Proutovski  : Ça veut rien dire ça, un lion avec des nageoires à la place des griffes et des branchies à la place des crocs, ça fait peur à personne

Doktor Cadok Benguigui : Je croyais que c'était un programme sérieux. :/

Proutovski  : Ça l'est.
Alors comme ça, tu as eu le bac l'an dernier.

Doktor Cadok Benguigui : Ouaip.

Proutovski  : T'as jamais redoublé, c'est bien.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, j'ai un parcours scolaire fait sans accrocs (A Croc lol )

Proutovski  : T'es fier de ça ?

Doktor Cadok Benguigui : De mon parcours ou mon jeu de mot ?

Proutovski  : De ton parcours et d'avoir le bac

Doktor Cadok Benguigui : Ah ouais, bah pas spécialement, mais bon, c'est toujours ça quoi.

Proutovski  : Tu as fait L. Tu étais trop con ou trop flemmard pour aller en S ?

Doktor Cadok Benguigui : Trop flemmard. En plus en L j'en ai chié, c'est pas aussi facile qu'on le dit. :s

Proutovski  : Ouai, c'est pas faux, mais c'est surtout que c'est super chiant.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, aussi.

Proutovski  : Enfin bon, c'est que mon avis
Maintenant, tu fais une fac de lettre.

Doktor Cadok Benguigui : Ouaip, mais je pense arrêter en cours de route, c'est vraiment chiantos.

Proutovski  : L'an prochain ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, peut être.

Proutovski  : Tu veux faire quoi ?

Doktor Cadok Benguigui : Aucune idée.

Proutovski  : Pourquoi t'as fait fac de lettres, alors ?

Doktor Cadok Benguigui : Par défaut, je savais pas trop où aller en fait.

Proutovski  : Je vois.

Proutovski  : L'école, ça te plaît ? ou ça t'a plu ?

Doktor Cadok Benguigui : Bof, pas vraiment. Je me faisais chier, et je me tapais des classes pourries à chaque fois.

Proutovski  : Ouai, y a des ramassis dans les lycées

Doktor Cadok Benguigui : Je crois que le pire, c'était au collège en fait.

Proutovski  : Ouai, mais là en principe on trie pas, donc c'est normal

Doktor Cadok Benguigui : C'est vrai.

Proutovski  : J'ai vu que tu dessinais.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, j'aime bien dessiner.

Proutovski  : Ça t'apporte quelque chose ?

Doktor Cadok Benguigui : Du plaisir je pense.

Proutovski  : Tu pratiques d'autres "arts" ?

Doktor Cadok Benguigui : Hmm... Des fois il m'arrive d'écrire des petits textes, ou des poèmes, mais je finis par les foutre à la poubelle à chaque fois, donc bon.

Proutovski  : Faut pas :(Tu penses que ça sert à quoi, l'art ?

Doktor Cadok Benguigui : On m'a pas dit que je devais rendre un sujet de philo lol

Proutovski  : Bah pourtant, c'est que le début

Doktor Cadok Benguigui : Et bien, euh, l'art ça sert à exprimer des idées, des pensées, quand on ne peut pas forcément l'exprimer par des mots simples.

Proutovski  : Le jeu vidéo, c'est de l'art ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, je pense, c'est un moyen d'expression comme un autre.

Proutovski  : Mais, c'est quand même un jeu.

Doktor Cadok Benguigui : Justement, que ce soit un jeu offre une interaction impossible avec d'autres types d'art, et ça c'est beau.

Proutovski  : Mais faut que le jeu ait des règles et que le joueur ait envie de participer. Imaginons un match de foot dans un stade dans lequel on aurait placé des Michelange et des Picasso et on diffuserait du Beethoven, ce serait de l'art pour toi ?

Doktor Cadok Benguigui : Hmm... ça dépend comment c'est tourné. Mais déjà, si ça peut aider, l'idée en elle-même me séduit. Je suis sur qu'un homme comme Suda51 pourrait en faire quelque chose de génial

Proutovski  : Il a pas réussi à faire quelque chose de génial de Lolipop Chainsaw

Doktor Cadok Benguigui : C'était son passage à vide. :/

Proutovski  : Ouai, ça arrive à tout le monde.
Si tu devais choisir une œuvre d'art qui représenterait le mieux le monde actuel, ce serait laquelle ?

Doktor Cadok Benguigui : Le Cri de Munch, pour faire original.

Proutovski  : Optimiste, dis-donc.

Doktor Cadok Benguigui : Pourquoi, tu verrais laquelle toi ?

Proutovski  : C'est pas moi qui suis interviewé. Mais c'est une réponse intéressante.
Changeons de sujet. Tu passes beaucoup de temps sur un forum de merde qui s'appelle SSB4.com et tu es un soutien actif de la dissidence. Tu participes à d'autres forums ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, un petit peu à ceux de Gamekult. En fait, il y a pas mal de forums sur lesquels j'ai une activité régulière, mais que je délaisse après. :/ . Par exemple, si on fait une recherche Google avec mon pseudo, on verra que j'ai des comptes sur pas mal de forums, mais que quelques messages. En fait, je crois que mon activité la plus grande c'est sur SSB4.com, et ton forum aussi. (:
On te remercie.

Proutovski  : Tu fréquentes que des forums de jeux vidéo ?

Doktor Cadok Benguigui : Non, des forums de manga aussi. Et quelques uns sur la politique, mais en invité ()

Proutovski  : Ah ouai, quels forums politiques ?

Doktor Cadok Benguigui : http://www.partisansmarine.com/

Proutovski  : Ah ok, sympa

Doktor Cadok Benguigui : Ah ouais, et je passe souvent sur Doctissimo aussi.

Proutovski  : Tu aimes bien Marine Le Pen ?

Doktor Cadok Benguigui : Pas spécialement. Non en fait, je peux pas la voir, mais elle me fait marrer.

Proutovski  : Ok, super. On reparlera politique après Internet et le sexe.
Ça t'apporte quoi tous ces forums ?

Doktor Cadok Benguigui : Du plaisir (je sens que je vais aimer cette réponse),

Proutovski  : Tu t'es fait des amis sur Internet ?

Doktor Cadok Benguigui : Hmm, pas vraiment. Des copains, des potes ouais, mais je n'irai pas jusqu'à dire des amis.

Proutovski  : Je vois.

Doktor Cadok Benguigui : Il me paraît quand même qu'il y a une certaine distance sur Internet qui fait que des relations durables sont assez dures, mais pas impossibles. M'enfin bon, dans mon cas ça c'est pas fait. ;/

Proutovski  : Tu penses qu'Internet a considérablement changé le mode de vie et de pensée des hommes ?

Doktor Cadok Benguigui : Je pense surtout que ça a extériorisé les pensées de certains. Maintenant, tu as des gens qui n'hésitent pas à dire des conneries, mais comme ils sont un peu cachés derrière leur écran, ils ne craignent pas grand chose. Alain Soral (ce grand philosophe) le disait.

Proutovski  : Tu penses que ça n'a servi qu'à ça, à être un défouloir pour quelques frustrés ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan, nan, ça a apporté plein d'autres trucs, mais que je n'ai pas en tête là. Ça permet de tricher à Superbuzzer lol

Proutovski  : Tu regardes les réponses sur Google ?

Doktor Cadok Benguigui : Je l'ai fait une fois.

Proutovski  : Elles sont super simples les questions de Superbuzzer

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, mais sur le coup, j'avais un trou, ça arrive à tout le monde. :larme:

Proutovski  : :(Tu considères qu'Internet, c'est plutôt un bien ou un mal ?

Doktor Cadok Benguigui : Plutôt un bien, puisqu'au final, je pense que la société a évolué grâce à ça. On entre un peu dans une nouvelle ère quoi. La prochaine étape ce sera peut-être Matrix !

Proutovski  :Je vois. Tu te sers d'Internet pour draguer ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan.

Proutovski  : Le sexe, ça occupe quelle place dans ta vie ?

Doktor Cadok Benguigui : Ça dépend des moments et de mon humeur, je pense. Je ne pense pas que ça occupe une place particulière en ce moment par exemple, mais peut être que plus tard quand je voudrais pécho, ça changera.

Proutovski  : Tu préfères que je dise le sexe ou l'amour ? Parce que dans le fond, je parle de la même chose.

Doktor Cadok Benguigui : Ah, moi je pensais que tu faisais la distinction justement.
Puisque les deux peuvent être dissociés en fait je pense.

Proutovski  : Certes.

Doktor Cadok Benguigui : Donc, je préfère que tu me dises amour alors, pour pas qu'il y ait de confusions.

Proutovski  : Mais on peut aussi dissocier les deux. L'amour, au sens strict, ça occupe quelle place dans ta vie ?

Doktor Cadok Benguigui : En fait, plus ou moins la même place que le reste.

Proutovski  : Le reste ? le sexe ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, après c'est si tu parles d'amour platonique quoi.

Proutovski  : Non, pas forcément.

Doktor Cadok Benguigui : Dans ce cas, je dirais une place plus importante. Après tout sur ma page FB, je suis amour. D'ailleurs allez dessus, et envoyez-moi une demande d'ami, je suis bloqué :/

Proutovski  : https://www.facebook.com/nah.muscular?ref=ts&fref=ts

Doktor Cadok Benguigui : Merci mon frère Very Happy

Proutovski  : Tu penses que l'homme et la femme ont chacun un rôle bien défini dans un couple, ou bien qu'ils sont interchangeables ?

Doktor Cadok Benguigui : Je pense qu'ils ont des rôles plutôt définis, mais au final, ils peuvent varier un peu si ils veulent. Après tout, la condition féminine évolue, faut faire avec.

Proutovski  : Justement, ça te plaît, ça ?

Doktor Cadok Benguigui : Je sais pas, en fait je m'en branle un peu.

Proutovski  : Ça te concerne de prés quand même.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, mais pour l'instant je n'ai pas d'avis particulier sur la question.

Proutovski  : Tu t'imagines marié avec des enfants plus tard ?

Doktor Cadok Benguigui : Heu... Non, je pense pas. Ça dépend comment les enfants et comment je suis. Mais pour l'instant, nan, je pense pas.

Proutovski  : T'as pas envie que tes gènes survivent ? Sad

Doktor Cadok Benguigui : Ah j'avais compris me marier avec des enfants.

Proutovski  : PTDR. Ouai, il manque une virgule

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, éventuellement, le mariage je m'en fous, mais faire des enfants, why not.

Proutovski  : Enfin quand je dis "mariage", j'entends vivre avec une bonne femme jusqu'à ta mort. Effectivement, le mariage n'a plus grand chose à voir avec ça.

Doktor Cadok Benguigui : C'est devenu un concept sans réel signification. C'est plus une espèce de contrat en fait. Mad

Proutovski  : Oui, mais vivre avec une bonne femme jusqu'à ta mort, et élever vos gosses ensemble, ça t'intéresse ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan. Je pense pas que je tiendrais toute une vie avec une femme déjà. La dernière petite amie que j'ai eu, ça a duré 6 mois donc bon :/

Proutovski  : T'as 19 ans, c'est normal. Aristote dit que les hommes doivent se marier à 38 ans et les femmes à 18.

Doktor Cadok Benguigui : Ah ouais, il a pas tort d'un côté. Mais les femmes à 18 ans, elles sont encore un peu gamines donc bon.

Proutovski  : À l'époque, on savait les éduquer aussi :/

Doktor Cadok Benguigui : Ouais

Proutovski  : Comment trouves-tu la manière dont les médias traitent les questions du sexe et de l'amour ?

Doktor Cadok Benguigui : comme une bonne partie des sujets traités par les médias, c'est assez pathétique.

Proutovski  : Tu peux développer ?

Doktor Cadok Benguigui : Bah, je ne pense pas que c'est des sujets qui peuvent être traités vraiment à la légère, en fait. Y a pas longtemps j'avais vu C'est quoi l'amour ? (sur TF1 je crois). Ça ressemblait à un cours d'éducation sexuelle comme ceux que t'as au collège

Proutovski  : Ouai, je trouvais ça odieux, moi.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, en fait ce que je reproche, c'est la prise de vue sur le sujet complètement à l'ouest. M'enfin, à la télé (en particulier TF1), on aime prendre les gens pour des cons, ou on s'adapte au niveau du public, je sais pas.

Proutovski  : Tu trouves que c'est trop "cru" en général ?

Doktor Cadok Benguigui : Non, pas ce genre d'émissions. À part les trucs genre Tellement vrai, mais ça c'est pour les lycéennes, il leur faut des trucs gores pour qu'elles comprennent.

Proutovski  : Bon, je te propose de faire une pause, le temps d'aller caguer, et on se retrouve après.




Proutovski  : Comme prévu, après Internet et le sexe, la politique Very Happy

Doktor Cadok Benguigui : Ah ouais, en voiture Simone dans ce cas

Proutovski  : Tu t'intéresses à la politique, j'espère ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, un peu.

Proutovski  : Ce que je te propose, c'est que je vais te citer plusieurs personnalités, des activistes et des commentateurs politiques et tu me dis ce qu'ils t'inspirent, ça roule ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, ça roule Raoul

Proutovski  : Le Président de tous les Français, François Hollande

Doktor Cadok Benguigui : Le saucée qu'il s'est pris le premier ou le second jour de sa présidence, et qui résume bien son mandat pour l'instant. Very Happy

Proutovski  : Jean-Marc Ayrault

Doktor Cadok Benguigui : Bishop Weyland dans Alien vs Predator

Proutovski  : Manuel Valls

Doktor Cadok Benguigui : Funky Kong

Proutovski  : Arnaud Montebourg

Doktor Cadok Benguigui : Il a un nom de famille de bourge.

Proutovski  : Michel Sapin

Doktor Cadok Benguigui : Il a le cul plein d'échardes.

Proutovski  : Nicolas Sarkozy

Doktor Cadok Benguigui : Joe Dalton, comme dirait Debbouze… Nan, en fait, je sais pas. Moi il m'a toujours fait penser à un petit mafieux je sais pas pourquoi.

Proutovski  : Jean-François Copé

Doktor Cadok Benguigui : Super Menteur 2.0

Proutovski  : François Fillon

Doktor Cadok Benguigui : Le Robin de Super Menteur 2.0. En fait, Super Racontard.

Proutovski  : Ségolène Royal

Doktor Cadok Benguigui : Elle est vivante ?

Proutovski  : Ouai, elle est présidente de ma région :3Elle se ballade en voiture électrique.

Doktor Cadok Benguigui : Mdr. Ouais bah garde "Elle est vivante ?" ça fait authentique.

Proutovski  : Des comme ça : http://www.poitou-charentes.fr/transports-propres/vehicule-electrique

Doktor Cadok Benguigui : Cool, on dirait un peu la Papamobile, la Ségomobile.

Proutovski  : Ouai, c'est ça. Jean-Luc Mélenchon

Doktor Cadok Benguigui : J'ai failli voter pour lui l'année dernière

Proutovski  : Et t'as pas voté pour lui, alors ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan. J'ai voté Poutou.

Proutovski  : lol. Olivier Besancenot

Doktor Cadok Benguigui : Che Guevara

Proutovski  : Carrément ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, c'est le premier truc qui m'est venu en tête. :xx:

Proutovski  : T'as le droit de réfléchir, hein

Doktor Cadok Benguigui : Ouais nan, je valide.

Proutovski  : Marine Le Pen

Doktor Cadok Benguigui : Le chien de ma voisine, un bouledogue français, qui gueule beaucoup, qui est gentil, mais il pue : s

Proutovski  : Nicolas Dupont-Aignan

Doktor Cadok Benguigui : Changeons l'Europe à La Bellevilloise.

Proutovski  : François Bayrou

Doktor Cadok Benguigui : Le changement c'est maintenant

Proutovski  : Daniel Cohn-Bendit

Doktor Cadok Benguigui : Le cannabis légalisé :s

Proutovski  : Nicolas Hulot

Doktor Cadok Benguigui : Ushuaïa.

Proutovski  : Frigide Barjot

Doktor Cadok Benguigui : Virée de son hlm. Ouais en fait nan : Barjo dans sa tête.

Proutovski  : Jean-Michel Apathie

Doktor Cadok Benguigui : Il a une voix marrante.

Proutovski  : Éric Zemmour

Doktor Cadok Benguigui : C'est un juif mais il est marrant, je l'aimais bien à On est pas couché

Proutovski  : Alain Soral

Doktor Cadok Benguigui : Un grand penseur de cette fin de XXe siècle et début de XXIe, j'espère qu'il ira loin et qu'on étudiera ses paroles dans les lycées d'ici 50-100 ans. On aura peut être même un lycée Alain Soral qui sait. Smile

Proutovski  : :fake:Barack Obama

Doktor Cadok Benguigui : Steve Urkel

Proutovski  : Benjamin Netanyahou

Doktor Cadok Benguigui : Encore un juif :sad:

Proutovski  : Herman Van Rompuy

Doktor Cadok Benguigui : C'est qui ?

Proutovski  : Le président de l'Union Européenne

Doktor Cadok Benguigui : Ah ouais, osef clown. Il a une tête marrant.

Proutovski  : Ban Ki-moon

Doktor Cadok Benguigui : J'aime bien la Corée.

Proutovski  : Laquelle ?

Doktor Cadok Benguigui : Les deux.

Proutovski  : Mahmoud Ahmadinejad

Doktor Cadok Benguigui : A chaque fois que je le vois, il me fait penser à Zéhef Lenervay sur FB.

Proutovski  : Sans transition, on va passer aux problèmes régionaux maintenant. Tu penses quoi de la réunification de la Normandie ?

Doktor Cadok Benguigui : Je serais dans la même région que 4G cœurÀ part ça, je trouve ça un peu dommage .

Proutovski  : Pourquoi ?

Doktor Cadok Benguigui : Bah l'identité régionale, ce genre de conneries. Apparemment c'est parce qu'n a pas assez d'argent pour subsister en tant que région à part entière, du coup faut fusionner. :s

Proutovski  : Tu crois que Jean-Pierre Abelin sera candidat aux municipales de Châtellerault ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais pourquoi pas. ça te ferait plaisir à toi ?

Proutovski  : J'en ai rien à foutre.

Doktor Cadok Benguigui : Ok.

Proutovski  : Tout ce que je veux, c'est que le PS gagne à Chauvigny, le reste, je m'en carre l'oignon. Mais c'est mal barré :/
Place aux questions sérieuses. Tu penses que la politique a du pouvoir sur ta vie ?

Doktor Cadok Benguigui : Indirectement ouais.

Proutovski  : De quelle manière ?

Doktor Cadok Benguigui : Bah les lois votées, tout ça.

Proutovski  : Et toi, tu penses avoir du pouvoir sur le politique ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan, je pense pas. . Faudrait que je me lance dans la politique en fait.

Proutovski  : Ça te plairait ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, ça pourrait être marrant.

Proutovski  : Tu vas te présenter à Arçonnay ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, peut être, si l'envie m'en prend.

Proutovski  : À ton avis, lequel a le plus de pouvoir sur toi, le politique ou les multinationales ?

Doktor Cadok Benguigui : Les multinationales, on ne peut pas échapper à la mondialisation.  J'essaie de m'en écarter le plus possible, mais bon, elles nous poussent à consommer le plus possible.

Proutovski  : Comment imagines-tu la vie en dictature ?

Doktor Cadok Benguigui : Ça dépend quel type de dictature c'est. Si c'est une dictature type Kadhafi, Mussolini, Hitler…

Proutovski  : Oui ?

Doktor Cadok Benguigui : Perso si on me donnait le choix d'essayer pour un jour, j'essaierais, juste pour voir… Mais bon.

Proutovski  : Tu penses qu'un État à besoin d'un leader ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan, je suis plus pour un ensemble en fait

Proutovski  : Tu penses que des révoltes du même type que celle qu'il y a eu dans les pays islamiques et qui semblent apparaître depuis quelques jours au brésil, pourrait avoir lieu en Europe, et en particulier en France ?

Doktor Cadok Benguigui : Peut être, on est à l'abri de rien. Au fond, elles doivent venir du mal être social, et on a un mal être social en France, suffit de voir tous les gens qui votent Le Pen… Au final, peut être qu'on aura une révolte, comme dans ces pays là ouais, mais bon on verra.

Proutovski  : Tu trouves que les médias rendent bien compte de la pensée du peuple ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan, ils sont corrompus jusqu'à l'os :s

Proutovski  : Tu crois que la dictature du prolétariat est possible et souhaitable ?

Doktor Cadok Benguigui : Je sais pas trop, on a un peu vu ce que ça donnait en URSS non ?

Proutovski  : Ça a pas duré longtemps.

Doktor Cadok Benguigui : Ouais voilà. Je sais pas si un régime comme ça durerait vraiment.

Proutovski  : Tu penses que la dialectique peut casser des briques ?

Doktor Cadok Benguigui : J'ai pas encore essayé.

Proutovski  : La religion occupe une place dans ta vie ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan. Je suis agnostique.

Proutovski  : C'est pas seulement Dieu, la religion

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, mais je m'en balance de la religion en général quoi

Proutovski  : Tu penses pas que ça peut servir de contrepoids moral à l'État ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, bof. Dans la République actuelle, je sais pas trop

Proutovski  : L'été s'annonce comment pour toi ?

Doktor Cadok Benguigui : Chaud 8)Ouais en fait nan, je sais pas.

Proutovski  : C'est pas ce que dit Cabrol.

Doktor Cadok Benguigui : :hop: Ouais, mais ça va peut être s'arranger

Proutovski  : Tu as rien prévu de spécial ?

Doktor Cadok Benguigui : Nan.

Proutovski  : Y a pas des filles que t'as pas encore tirées à Arçonnay ?

Doktor Cadok Benguigui : Si, je pense, je connais pas tout le monde non plus.

Proutovski  : C'est pas beaucoup plus grand qu'un lycée

Doktor Cadok Benguigui :

Proutovski  : Et sinon, tu vois l'avenir avec optimisme ?

Doktor Cadok Benguigui : Mouais, bof, plutôt avec réalisme.

Proutovski  : C'est à dire ?

Doktor Cadok Benguigui : Bah j'aime pas trop partir avec optimisme, étant donné que j'ai tendance à être souvent déçu après.

Proutovski  : Ouai ok, mais tu envisages comment le reste de ta vie ?

Doktor Cadok Benguigui : Je sais pas. Peut être que je vais me lancer dans le dessin

Proutovski  : T'as raison mon frère.

Proutovski  : Et pour finir, est-ce que tu dirais que vivre, c'est risquer de mourir ?

Doktor Cadok Benguigui : La vie c'est une prise de risque en elle même. Donc ouais, vivre c'est risquer de mourir. Mais bon, techniquement, notre vie peut s'arrêter d'un moment à l'autre, la mort est un peu inéluctable. Ne pas profiter de la vie, je pense que c'est une erreur.

Proutovski  : Merci Croc pour cette longue interview. Nous te souhaitons la joie et la prospérité qui sont dues à tous les défenseurs de la dissidence Very Happy

Doktor Cadok Benguigui : Merci mon frère. Ce fut très enrichissant, je te remercie, t'es un vrai pote, mec. Smile

Proutovski  : Very Happy



Voilà, les amis. Ce fut une riche et passionnante interview avec un sujet de notre temps. Je vous propose de discuter de cette interview ici-même, et on se retrouvera la semaine prochaine avec un nouvel interviewé.


Dernière édition par Proutovski le Lun 15 Juil - 22:07, édité 4 fois
avatar
Proutovski
Président-Amical

Messages : 76
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://lenouveausupersmashb.star-ac.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Phitouppe le Sam 22 Juin - 9:20

Tres bonne interview qui nous montre que Croc est vers la gauche!
avatar
Phitouppe
Éleveur de volailles

Messages : 6
Date d'inscription : 05/05/2013
Age : 23
Localisation : France (Corse)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Alvani le Sam 22 Juin - 10:27

Proutovski  : lol. Olivier Besancenot

Doktor Cadok Benguigui : Che Guevara

Proutovski  : Carrément ?

Doktor Cadok Benguigui : Ouais, c'est le premier truc qui m'est venu en tête. :xx:

Proutovski  : T'as le droit de réfléchir, hein

lol

Ca et le malentendu pédophile...
avatar
Alvani
Trou du cul

Messages : 14
Date d'inscription : 05/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Doktor Cadok Benguigui le Sam 22 Juin - 10:58

C'était marrant en tout cas, et assez constructif. Je suis content d'avoir participé ! Wink
avatar
Doktor Cadok Benguigui
Président du vice

Messages : 73
Date d'inscription : 05/05/2013
Localisation : université la source de Conakry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Vieu-gars le Sam 22 Juin - 19:24

C'était distrayant et instructif. Rien à ajouter farao
avatar
Vieu-gars

Messages : 23
Date d'inscription : 13/05/2013
Age : 253
Localisation : Hospice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Naruk le Sam 22 Juin - 21:14

C'était sympa et un peu excitant aussi. Je suis pressé de voir qui est le prochain, ça va chier des bulles.
avatar
Naruk

Messages : 51
Date d'inscription : 09/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Chuck Norris le Mar 25 Juin - 19:39

C'est interessant malgré que ce soit long. Vraiment pas mal en plus les question sont originales.
avatar
Chuck Norris

Messages : 21
Date d'inscription : 25/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Vieu-gars le Jeu 27 Juin - 14:31

Je vois qu'il est écrit Semaine n°1. Cela signifie-t-il qu'on aura une autre édition avant Samedi?
avatar
Vieu-gars

Messages : 23
Date d'inscription : 13/05/2013
Age : 253
Localisation : Hospice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Proutovski le Jeu 27 Juin - 19:53

Y a des chances.
avatar
Proutovski
Président-Amical

Messages : 76
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://lenouveausupersmashb.star-ac.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Proutovski le Sam 29 Juin - 23:03

Deuxième entretien de notre série hebdomadaire. Cette fois, c'est le grand Dejan que nous recevons pour une interview-confession dans laquelle il nous livre de troublants secrets.

1ère partie : Vie, œuvre, art, Internet

Proutovski : Mes frères, mes sœurs, je suis ce matin avec l'extraordinaire Dejan, peut-être le membre de SSB4.com le plus éminent et sympathique à ne pas avoir encore rejoint la dissidence.

Dejan : Bonjours cher amis ^^

Proutovski : Ça va comme tu veux, Dejan ?

Dejan : Pas trop mal ^^. Je viens de sauter du lit après une longue soirée. Faudra juste pas que je m'endors en plein milieu de l'interview. Au pire y a de l'eau là-bas t'auras juste à m'asperger '^'

Proutovski : Ok, on te jettera le sceau de l'agent d'entretien si tu piques du nez.

Dejan : Aucun problème ^^.

Proutovski : Dejan, générique déjanesque :


Dejan : Hum... une ambiance arabe pour l'interview =w=

Proutovski : C'est Nusrat Fateh Ali Khan, il est né le même jour que toi, un 13 octobre. J'ai pensé à cette chanson, parce que beaucoup sur SSB4.com te considèrent comme une sorte de divinité. Ça te touche ou tu trouves qu'ils en font trop ?

Dejan : Alors déjà ravi d'être né le même jour qu'un musicien de ce talent. Pour se qui est de mon statut de Dieu bah... je sais pas tant d'où il me vient ni depuis quand on me le fait. Pour se que j'ai compris on m'a donné ce titre de noblesse à cause de ma sagesse et ma philosophie. Personnellement je reste les pieds sur terre à ce sujet je préfère laisser faire. Je ne suis clairement pas un dieu. Mais rien ne leur empêche de me considérer comme un guide.

Proutovski : Donc tu n'as pas l'intention de profiter de ton statut, de monter une secte ou quelque chose dans le genre ?

Dejan : Nan… On a bien vu Ben Laden comment il a fini et pourtant les gens le considéraient parfois comme un dieu. Je préfère rester modeste et ne pas me laisser emporter par mon ego.

Proutovski : Je vois, tu as retenu les leçons de l'histoire.
Donc tu es né le 13 octobre 1993, vers 23h, à Delemont, en Suisse. Ça fait de toi un Balance ascendant Scorpion. Ça dénote un caractère épris de justice et à l'imagination abondante, mais peut-être un peu valétudinaire et fantasque.

Dejan : Je pensais pas que l'astrologie serait aussi précis sur mes traits de caractère 0_o. J'ai en effet un sens aigu de la justice qui me fait m'agiter là où je ne devrais pas. J'ai bel et bien une grande imagination et les deux derniers point sont très juste au niveau de mes défauts.

Proutovski : La vérité est dans les astres, mon frère.

Dejan : Seulement pour ceux qui y croit...

Proutovski : Alors on connaît bien ton frère, Al, qui a fait une apparition sur le forum. Ça fait longtemps qu'on l'a pas vu, il va bien ? (ndlr : Al a, en fait, fait un passage sur la chatbox alors que nous écrivions la fin de l'interview.)

Dejan : pas trop mal. Il a roulé sa bosse loin des railleries de SSB4 sur tout-nintendo et en a profité pour se faire une vie, que je trouve étrange, sur minecraft =I Il a maintenant dans l'idée de faire des vidéos youtube à l'image de Bob Lennon ._.

Proutovski : Nous lui souhaitons bonne chance.
Tu vis chez tes parents ?

Dejan : ouais malheureusement. Difficile (et trop flemmard) pour trouver un appart qui me convienne. De plus ça ne les dérange pas tant du moment que je suis quelques règles ._.

Proutovski : Quelles professions exercent-ils ?

Dejan : Ma mère était assistante en cardiologie mais est maintenant juste secrétaire à l'hopîtal et mon père est cordonnier.

Proutovski : À en croire mes fiches, tu as arrêté les études.

Dejan : on m'a fait arrèter les études pour démonstration d'agressivité dans mon collège. Le fait est que j'étais un peu la tête de turque de l'école et tout le monde profitait pour me faire rager. Un jour j'ai tapé du poing sur la table et le directeur, au lieu de faire son boulot et de faire la discipline sur les élèves qui me faisait chier, à décidé de me mettre dehors d'abord 6 mois et ensuite m'a carrément fait sortir de l'école. Ensuite on m'a mit en internat et en école spécialisé. Ça ne me convenait pas du tout. Surtout du fait que en Suisse on a tendance à mettre des étiquettes partout, comme un peu partout ailleurs, et donc pour eux : école spécialisé -> sous la responsabilité de l'AI -> handicapé -> gros teubé. Se qui est bien entendu faux dans mon cas. Tu n'imagines pas les restrictions que ça me fait au niveau professionel -__-.

Proutovski : Arf, dur. Mais ne t'en fais pas, comme le dit le dissident Alain Soral, la prison et les hôpitaux psychiatriques sont des passages obligés pour tous les plus grands.
Et actuellement, que fais-tu?

Dejan : Pour le moment, je suis en stage d'évaluation dans une compagnie spécialisé. En gros je vais passer des petits test et divers courts stages pour me jauger pour ensuite me trouver le métier "idéal" pour moi.

Proutovski : Ah d'accord, c'est intéressant. Tu fais quoi en ce moment ?

Dejan : Je viens de finir de ma première semaine. On a juste évalué mon niveau scolaire et logique pour le moment. On va sûrement continuer 2-3 semaines pour on me mettra en stage pour mieux me cerner au niveau de mes professions.

Proutovski : Est-ce que tu crois que le travail est le propre de l'homme ?

Dejan : Hum… non… Disons que c'est plus sa cupidité qui les oblige à travailler. Les gens s'ils ne seraient pas obligé pourraient passer leur journée à se tourner les pouces s'ils ne devaient pas vivre de l'argent. Du coup il faut travailler pour vivre mais on voudrait travailler le moins possible pour gagner plus. L'argent fait tourner le monde c'est bien connu (avec le cul).

Proutovski : Je vois.
Quand tu t'es inscrit, tu as présenté ton blog sur un jeu vidéo que tu voulais créer. Tu y travailles encore ?

Dejan : Ouais mais je n'ai plus trop de temps pour m'y consacrer, au blog du moins. Je suis trop pris sur les forums et les RP en ce moment pour me concentrer sur mon jeu. Mais c'est toujours d'actualité. C'est juste que ça va prendre pas mal de temps.

Proutovski : Pourquoi veux-tu faire ce jeu ?

Dejan : Disons que c'est un peu le projet de ma vie. Que je n'arrive pas à en vivre sera peut-être une dure réalité mais c'est la chose qui me fait espérer un avenir meilleur. Je le fais aussi car je me vois peut-être comme le futur Myamoto et je veux juste le prouver.

Proutovski : Ambitieux, dis-donc. Tu peux nous expliquer le concept de ton jeu ?

Dejan : Le nom du projet est Blood Walker. Il s'agira d'un beat em all bourrin qui stagnerait méchamment du côté d'un jeu violent et assumé à la God Of War. Mais qui prendrait des mécaniques de gameplay comme des combos à la Devil May Cry, de l'intéraction avec les décors comme dans Madworld. Il y aura aussi des notions de RPG avec une petite gestion des items. Je vois le jeu se découpant en trois types de niveau. Ceux qui se déroulerait à Londres dans une sorte de pseudo open world à la GTA, d'autre dans des mondes plus angélique façon plateforme à la Prince of Persia et des niveaux se déroulant dans les enfers se déroulant comme des beat em all avec des ennemis arrivants en masse pour nous empêcher d'arriver d'un point A à un point B. Il y aura aussi des petites phase de shoot à moto et en planche volante. J'ai pas encore tout planifier mais j'ai déjà les bases de l'histoire, du gameplay et les personnages important comme les boss, antagoniste ou protagoniste.

Proutovski : D'accord, d'accord. Le jeu vidéo, c'est de l'art, selon toi ?

Dejan : c'est pas pour rien qu'on le nomme le 7ème art me semble t'il. Le jeu vidéo présente tout de même plus bénéfices que le cinéma. Par le simple fait qu'on puisse intervenir sur l'action. Le cinéma ne serait pas le même si on pouvait jouer sur la scène. Imaginez juste qu'on puisse empêcher Dark Vador de dire qu'il est le père de Luke. La même chose fait effet dans le jeu vidéo. Si on nous enlèverait les QTE on perdrait de l'interactivité que présenterait un jeu. Le jeu vidéo est également un portail sur l'imagination. Les jeux vidéo nous montre la créativité des gens qui les créent. Certains y font même passer un message au travers. Donc oui. Le jeu vidéo est un art qu'on peut moduler comme on le souhaite grâce à sa créativité.

Proutovski : Et ça sert à quoi l'art, selon toi ?

Dejan : L'art en général est un portail sur la personne qui l'a créé. Quand on regarde une toile il peut juste s'agir d'un gribouilli sans âme mais des fois elle permet de montrer des choses que le l'artiste souhaite nous faire voir. En musique il faut toujours voir le message qui y a aux travers les lignes écrites. Ce qui a tendance à un peu se perdre en ce moment…
Dans le cinéma c'est un portail sur la vie. Prends M. Night Shyamalan. Si ses films sont mauvais, c'est pas parce qu'ils sont techniquement nuls mais du fait que les spectateurs ne comprennent pas ce que raconte le film. Après il y a au cinéma un besoin de satisfaction chez les spectateurs. S'ils se mettent à bailler au bout de 10 minutes c'est qu'on s'emmerde et qu'on est donc pas captivé. C'est ça qui différencie les films cons-cons de Michael Bay de ceux de Shane Black.

Proutovski : Tu veux dire que l'art, c'est avant tout un moyen pour l'artiste d'exprimer des éléments de sa propre personnalité ?

Dejan : En effet c'est bien ça. C'est un portail sur son esprit, un moyen de le connaitre au travers de ses oeuvres.

Proutovski : Tu crois pas que l'artiste peut vouloir exprimer des choses sur la société et la vie qui dépassent sa personne ?

Dejan : Hum… oui. Un chanteur, notamment les rappeurs tentent de souvent montrer leur vision du monde par rapport le plus souvent dans la politique et la façon de vivre en général.

Par exemple, dans ce titre de Stress "Saint profit", il parle du fait que l'argent fait vivre le monde au détriment des gens qui sont utilisés comme des pions sur une partie d'échec. Il ne pourrait en parler ouvertement à la télévision sinon il se ferrait sermonner, alors il fait passer le message à un maximum de monde d'une autre manière.

Proutovski : Et tu crois que dans le jeu vidéo, il y en a qui font ça ?

Dejan : Hum… C'est beaucoup moins présent. Le jeu vidéo est avant tout fait pour faire du divertissement. Après il est possible que je n'ai pas été réceptif au message de certain auquel j'ai joué. Mais le jeux vidéo se font surtout sur le divertissement avant de vouloir communiquer quelque chose. C'est ça qui le différencie du cinéma entre autre.

Proutovski : C'est pas un peu contradictoire avec la notion d'art, qui comme tu l'as dit tout à l'heure vise en premier lieu à exprimer des choses ?

Dejan : Bon après je l'ai dit je peut-être pas compris certaine chose dans se que je joue =S. Mais y a des jeux qui peuvent faire passer des messages. Prend par exemple Oddworld. Le monde de ce jeu est corrompu par une société mondialiste qui exploite des millions de gens comme des esclaves. Après va pas me dire que Mario Kart essaie de nous montrer qu'on peut balancer n'importe quoi sur la route juste pour faire chier le monde

Dejan : Pour résumer là où le cinéma peut parler aux gens en leur montrant une "morale", le jeu vidéo lui se base avant tout sur le divertissement. Après... il n'en tient qu'aux créateurs du jeu de vouloir faire passer un message ou non.

Proutovski : D'accord. En parlant du cinéma, tu regardes beaucoup de films ?

Dejan : … Nan, pas tellement. Je trouve pas le temps d'aller au cinéma. On me conseille plein de film mais je n'arrive pas à en regarder beaucoup. Après je regarde pas un film s'il ne réunit pas deux choses. s'il tente de faire comme les gros blockbuster américain type Fast & Furious, je passerai mon chemin. Après je regarde selon les acteurs. Par exemple, si un film met en tête d'affiche Johnny Depp ou Jim Carrey, je saurais que j'irai le voir car je sais que ce sont de bons acteurs.

Proutovski : Si tu devais choisir une œuvre d'art qui représenterait le mieux le monde actuel, ce serait laquelle ?

Dejan : Je me penche pas tellement sur la peinture, je visite pas tant de musées pour en voir. Mais je dirais comme Croc : Le cri de Munch. Une personne qui crie son malheur mais que personne ne semble entendre. Le monde est sourd aux appels des autres mais voudrait qu'on soit à l'écoute des siens.

Proutovski : En fait, je crois qu'on interprète mal ma question. Quand je dis "œuvre d'art", ça concerne pas uniquement la peinture, mais tous les arts. Tu ne veux pas changer ta réponse ?

Dejan : Ah… Je trouve pas de réponse…

Proutovski : Bon ok. Donc comme on l'a dit tout à l'heure, tu es l'une des coqueluches de SSB4.com. Est-ce que tu participes à d'autres forums ?

Dejan : Je ne suis pas tant sur les forums. Je suis surtout sur des forums de RP qui sont plus souvent des jeux que des communautés.

Proutovski : Tu considères que tu t'es fait des amis sur Internet ?

Dejan : Y a amis et amis je pense. Dans le cas d'Internet tu peux en effet faire ami-ami avec plein de gens mais tu n'en rencontreras pas tant. Pour être véritablement ami il faut rencontrer des gens et le contact n'est pas forcément le même sur Internet. Suffit de voir ces gens qui se cachent sur le net en se faisant passer pour ceux qui ne sont pas.

Proutovski : Toi-même, tu te fais passer pour quelqu'un d'autre, des fois ?

Dejan : Je fais en sorte de rester moi même autant dans la vrai vie que sur intenet. Je ne me fais pas passer pour se que je ne suis pas. C'est comme pour le fait qu'on me considère comme un dieu. Je n'en suis pas et je n'oblige pas les gens à le croire.

Proutovski : Tu penses qu'Internet a considérablement changé le mode de vie et de pensée des hommes ?

Dejan : Je pense, oui… Les gens sont devenus si dépendants de la toile, qu'ils y restent très longtemps. Internet a tendance à fausser les avis aussi.

Proutovski : "À fausse les avis", c'est à dire ?

Dejan : Ce que les gens écrivent sur Internet, c'est souvent très erroné et pris comme des vérités.

Proutovski : Tu ne crois pas que les journaux et la télévision font la même chose souvent ?

Dejan : La différence, c'est que si une information est fausse dans les médias la personne responsable se fera très vite sermonner. Sur internet on peut faire ce qu'on souhaite sans craindre la justice pour une chose fausse.

Proutovski : Pour l'instant, tu penses qu'Internet, ça a plutôt apporté du bien ou du mal ?

Dejan : question difficile... Je dirais quand même qu'Internet a apporté des choses qui peuvent être bénéfiques aux gens comme mauvaises pour eux. Internet est bon car il permet le partage mais on peut l'utiliser pour des choses plus mauvaises tel que le piratage…
J'ai pas tant de réponses pour cela '^'

Proutovski : Oui, de partage à piratage, il n'y a qu'une lettre.
Sur ce, je te propose de faire une pause, et de reprendre ce soir. On a encore beaucoup de questions et on fatigue tous les deux.
Dejan : Volontiers ^^




2ème partie : Amour, sexe, politique, philosophie, avenir

Proutovski : Nous nous retrouvons pour la suite de notre passionant entretien commencé ce matin.
Pour rentrer dans le vif du sujet, peux-tu nous parler un peu de ta vie amoureuse ?

Dejan : Bah… on va faire simple : Je suis un cœur à prendre. Ensuite de façon plus longue, disons que j'ai toujours eu des amours passagers. Sur de courtes durées. Le fait est que j'ai parfois l'impression que… je ne sais pas aimer…

Proutovski : Tu veux dire que Dieu a un cœur de pierre ?

Dejan : Pas un cœur de pierre… plutôt que son cœur est trop profondément dans son thorax et que du coup… il arrive plus à battre convenablement.

Proutovski : Ce sont les coups de la vie qui t'ont appris à être un dur ?

Dejan : Oui… disons que maintenant je voudrais faire le bon choix et que ce choix n'est visiblement pas trouvable. Je ne sais pas si c'est la différence de culture mais en Suisse les gens sont froids, les filles restent vraiment dans leur coin. Par contre en France selon les dire d'un copain qui est allé là-bas, elles sont bien moins coincées. Bon, c'est pas des chaudasses à ce qu'il m'a dit mais qu'elles sont assez ouvertes.

Proutovski : Oui, c'est vrai. Ici, on a moins de thune, donc on se rattrape sur la fornication.
Dans 20 ou 30 ans, tu t'imagines marié avec des enfants ?

Dejan : Si je survis jusque là ^^'. Non je pense quand que je réussirai à me faire une vie jusque là. Je voudrais un ou deux gosses, pas plus. C'est trop chiant d'en avoir trop =I

Proutovski : Et tu veux les concevoir et les éduquer avec une bonne femme, ou tu préférerais opter pour une technique plus moderne ?

Dejan : Bah l'éducation à deux ça marche toujours. Après niveau discipline je ne voudrais pas que ce soient des enfants-rois. C'est chiant ces gosses là. Puis jamais sans trop utiliser la violence. La seule à qui je mettrais une fesséen c'est à ma femme (par jeu hein x') )

Proutovski : Quelle chance elle aura :cute:
Penses-tu que dans un couple, l'homme et la femme ont chacun un rôle bien défini, ou bien qu'ils sont interchangeables ?

Dejan : Je suis loin de cette image de la femme au foyer en cuisine et de l'homme qui revient le soir pour mettre le pain sur la table. Je pense que c'est à arranger entre eux. Si un fait la cuisine, l'autre devra par exemple s'occuper de l'entretien extérieur ou de la lessive. Des petites choses comme ça ^^.

Proutovski : Et donc que la femme ramène du pain également ?

Dejan : Oui, parfaitement. Il existe même des couples qui se déroulent dans le sens inverse. L'homme restant à la maison et la femme au travail. Donc je ne vois pas de raison à ce qu'on ne puisse pas faire les deux.

Proutovski : C'est un point de vue.
Tu t'intéresses à la politique, j'espère !?

Dejan : Bah je sais juste qu'on aurait meilleur temps de laisser un asile à une bande de fou vu que c'est tout à fait se qui se passe en politique. Après j'ai mon avis sur tel ou tel politicien mais ça revient souvent au même après

Proutovski : Toi, tu participes à la politique ?

Dejan : J'ai pas souvent l'occasion de voter vu que je suis limité à ma commune (village) mais j'ai le droit de vote et j'analyse souvent ce qui s'y passe, sans pour autant voter.

Proutovski : Comment ça, tu es limité à ta commune ?

Dejan : Bah ouai. Je suis immigré sur le papier du coup je ne peux pas voter pour les choses cantonales ou fédérales. On est obligés d'acquiescer même si ça nous fait chier...

Proutovski : Ah, donc tu n'es pas la nationalité suisse, mais italienne ?

Dejan : Oui. Italien venant des Pouilles, dans le sud.

Proutovski : Et tu t'intéresses un peu à la politique italienne ?

Dejan : Bah disons que j'aime me foutre de la gueule de Berlusconi mais ça va pas plus loin ^^

Proutovski : Et sa condamnation, tu en penses quoi ?

Dejan : C'est amplement mérité je trouve. Il avait pas à faire son vieux pervers pendant tout ce temps. C'est un  peu le DSK italien, Berlusconi, faut dire.

Proutovski : Tu penses que le politique a du pouvoir sur ta vie ?

Dejan : C'est sûr que si une loi change mon quotidien, là ça a du pouvoir. Mais finalement le truc souvent c'est qu'elles n'affectent pas tant que ça notre vie de tous les jours. Après si une loi de l'UDC m'oblige à partir du pays je me mettrai à gueuler et je ne serai pas le seul.

Proutovski : Je pense pas que l'UDC en ait après toi, t'en fais pas.
Inversement, tu penses que tu as du pouvoir sur le politique ?

Dejan : Le pouvoir normalement est au peuple. Donc oui je pense pouvoir influencer la politique.

Proutovski : De quelle manière ?

Dejan : En votant, en manifestant, en faisant grève (même si c'est moins fréquent que chez vous =I), en envoyant une lettre au conseil fédéral. ces choses qui font dire "NOUS SOMMES LE PEUPLE !!! NOUS EXISTONS !!!"

Proutovski : Et tu crois que la démocratie peut exister un niveau plus grand que la Suisse ?

Dejan : Elle peut mais à l'image des civilisations anciennes, elles finiront par s’effriter, voire se briser. Plus se sera grand, plus cela fera de bruit quand ça tombera. Et quand je dis bruit j’entends des crises, des guerres, des coups d'états. Mieux vaut avoir de petites démocraties qui tiennent des contacts entre eux que d'avoir un bordel sans nom.

Proutovski : Tu te sens bien en Suisse ?

Dejan : bah pas tant que ça. Les gens sont froids, pour trouver des emplois c'est la merde et avec l'A.I. sur le dos je peux pas faire grand chose. La France me semble déjà mieux lotie que notre "paradis fiscal".

Proutovski : Tu es stigmatisé, c'est malheureux

Dejan : Ouai, la Suisse aime mettre des étiquettes partout même quand c'est faux ou que ça ne nous convient pas.

Proutovski : Viens en France, tu seras bien accueilli Very Happy

Dejan : C'est se que je pense faire ^3^

Proutovski : Comment imagines-tu la vie en dictature ?

Dejan : Ça va dépendre… si c'est moi le dictateur je profiterais de la vie en faisant en sorte qu'on me reste dévoué. Si je suis victime de dictature, je ferais en sorte de le renverser.

Proutovski : Dans le cas où tu n'es pas le dictateur, ça ne peut être qu'un mauvais régime selon toi ?

Dejan : Bah je vois pas en quoi un dictateur serait bon. Après tout une définition dans le dictionnaire c'est "Personne autoritaire qui impose son point de vue et sa manière de vivre aux autres ; tyran, despote." ou "Personne qui, à la tête d'un État, détient tous les pouvoirs, les exerçant sans contrôle et de façon autoritaire ; autocrate.". Donc voilà x'). Un dictateur juste à ce moment là ça se nomme souverain pas tyran ^^

Proutovski : Tu crois que le clivage droite-gauche rend bien compte de la réalité politique actuelle ?

Dejan : Bah ça c'est purement une réalité. En suisse la gauche et la droite est très bien tracé. D'un côté les pauvres, les employés et les biens publiques et de l’autre les riches et les patron. Chacun n'écoutant jamais l'autre clan et tentant de convaincre l'opposé. Un vrai combat de sourds.

Proutovski : À ton avis, qui a le plus de pouvoir sur toi : le politique ou les multinationales ?

Dejan : Les femmes ! *sort*. Je pense pouvoirs dire que la politique tente de faire une plus grosse influence qu'une multinational. Une multinationale tente de "s'inviter" dans nos vies, de ce fait on l'accepte plus facilement. la politique elle tente, excuse moi du terme, de nous sodomiser sans préavis. Nous imposant leurs conditions qu'on est pas en droit de discuter

Proutovski : Mais tu crois pas justement que ce "soft-power" des multinationales est finalement plus fourbe et pernicieux que le côté direct de l'État ?

Dejan : Ouai, ouai, ouai… Présenté comme ça c'est vrai que la chose ne fait pas envie non plus... Du coup, autant vivre dans une caverne, libre de tout -w-

Proutovski : Ah ouai, c'est une option qui tu pourrais envisager ?

Dejan : Hum… disons que sans Internet maintenant, sans prise j'arriverais pas à vivre je pense donc quesi la grotte est alimentée par l'électricité, je peux toujours le faire =3

Proutovski : Mais à part les questions matérielles, tu penses que ça vaut le coup de vivre, en dehors de la communauté des hommes ?

Dejan : Bah je me vois pas en vie d'ermite mais en même temps j'ai peu de contact avec les gens que ça ne me changerais pas grand chose je pense. Puis même je me mets à la place d'un astronaute pour cette question. Je deviendrais fou je ne verrais personne durant 6 mois quoi .w.

Proutovski : Pourquoi as -tu si peu de contacts avec les gens, comme tu dis ?

Dejan : Bah c'est encore cette histoire d'étiquette encore. Les gens disent que j'ai des problèmes de relation du coup bah j'assume un peu cette chose qu'ils me mettent sur le front. Et en même temps c'est vrai que j'ai mal à tenir une conversation avec des gens qui souvent sont bien trop éloigné de mes centres d'intérèts

Proutovski : Je trouve que tu suis bien la conversation, là

Dejan : Tu es une personne avec qui on arrive à tenir une conversation. Tu ne juges pas juste pour de simple avis divergeants. IRL, les gens sont bien plus difficiles à cerner que sur Internet en fait.

Proutovski : Tu trouves que les médias transmettent bien la pensée du peuple ?

Dejan : Ils transmettent surtout une pensée dirigiste. Un média tel que la télévision par exemple ne s’empêchera pas de mettre de gros titres chocs dans ses news. Ça se voit surtout dans les journaux. Suffit de voir les couverture d'un Paris Match ou d'un Closer pour se dire qu'ils ne nous montrent que ce qu'ils veulent qu'on voit. J'ai tendance à penser que les gens veulent voir du gore, du trash, de la violence. Les médias l'ont bien compris et ils nous en donnent à la pelle. Seulement moi à force je commence à trouver ça ennuyeux et courant.

Proutovski : Mais ce n'est pas la pensée du peuple alors ?

Dejan : Les journaliste sont des professionnels. Ils ne vont pas écrire ce que les gens veulent lire mais la vérité. Il arrivera parfois de la dramatiser mais ça sera le plus souvent des informations qui sont les plus sur le grille en ce moment.

Proutovski : C'était pas forcément l'objet de ma question, mais c'est pas grave.
Est-ce que tu penses que des événements de type révolutionnaire pourraient avoir lieu en occident dans les prochaines années ?

Dejan : Peut-être mais on nous le cacherait pour éviter toute panique.

Proutovski : Hum… Un épisode révolutionnaire, c'est dur à cacher. Enfin, on peut en cacher les raisons, oui.

Dejan : C'est ça que j'entendais. On saurait qu'il y a une crise mais on ne saurait pas pourquoi. C'est comme les gens qui partent à la guerre. Certains partent combattre sans même savoir pour quoi ils luttent.

Proutovski : Est-ce que tu crois que le communisme est encore possible et souhaitable ?

Dejan : Le communisme existe encore hein, suffit de voir en Chine pour voir que les communistes vivent très bien. Ensuite si on devrait le voir arriver chez nous je dirais que c'est à voir. Que si je comprends bien le communisme est fait pour mettre tout le monde à égalité dans tous les domaines. Donc je pense que ça pourrait être une bonne chose de voir le communisme arriver chez nous…

Proutovski : Penses-tu que la dialectique peut casser des briques ?

Dejan : J'ai peur de pas comprendre le sens de question =S... Est ce que la brique est une image ou on parle d'une vraie brique =I ?

Proutovski : Comme tu veux.

Dejan : Bah disons que la brique en question est quelqu'un d’entêté qui ne changera pas d'avis. Je pense qu'avec un bon dialogue c'est réalisable

Proutovski : D'accord.
Qu'est-ce que c'est, Dieu, selon toi ?

Dejan : Un idéal qu'il faut suivre. Dieu est tout et donc on peut s'en faire son image comme bon nous semble. De ce fait, chaque "dieu" est différent pour chaque personne.

Proutovski : Ah, donc tu crois en un dieu personnel
Est-ce que tu penses qu'une société humaine a besoin de religion(s) ?

Dejan : Elle en a besoin, oui. Pour des raisons d'identité en fait. C'est comme en foot, juste ce sentiment d'appartenir à un groupe. Après s'ils pourraient vivre en harmonie et non se faire la guerre pour des broutilles comme au foot. Vivre d'une religion c'est bien, mais respecter la religion d'un autre est bien mieux pour soi qu'on ne le pense

Proutovski : Très bien. On va bientôt se quitter, Dejan. Comment se profile l'été pour toi ?

Dejan : assez couvert. On a un sale temps en ce moment =I

Proutovski : Et tu comptes faire quoi ?

Dejan : Peut-être sortir un peu. J'ai un vélo j'en profiterai pour rouler un peu.

Proutovski : Et sinon,  tu vois l'avenir avec optimisme ?

Dejan : Je tente toujours de voir la vie du bon côté mais la réalité de la vie me pousse toujours à rester sur terre…

Proutovski : Pour finir, mon frère, est-ce que tu dirais que vivre, c'est risquer de mourir ?

Dejan : On vit tous pour mourir. La vie est telle un long couloir dont la seul sortie est la mort. On n'y échappera pas de toute manière donc autant accepter la mort telle quelle.

Proutovski : Merci pour tout, Dejan. Ce fut une interview captivante et réalisée avec passion, sur un homme qui réunit plus qu'aucun autre bonté d'âme et vigueur d'esprit. Bon courage pour la suite, mon frère.

Dejan : Merci Prout et à la prochaine.

Proutovski : Very Happy


Dernière édition par Proutovski le Dim 30 Juin - 9:58, édité 1 fois
avatar
Proutovski
Président-Amical

Messages : 76
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://lenouveausupersmashb.star-ac.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Doktor Cadok Benguigui le Dim 30 Juin - 9:32

Après va pas me dire que Mario Kart essaie de nous montrer qu'on peut balancer n'importe quoi sur la route juste pour faire chier le monde



Sinon, tu verras que la France c'est pas si bien qu'on le dit. Enfin, ça doit sûrement être mieux que la Suisse vu comment tu en parles...
j'espère que la femme de Dejan aimera la fessée aussi.



Très intéressant dans tous les cas, vivement la prochaine interview dissidente du forum !
avatar
Doktor Cadok Benguigui
Président du vice

Messages : 73
Date d'inscription : 05/05/2013
Localisation : université la source de Conakry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Vieu-gars le Dim 30 Juin - 14:14

Il y a pas mal de bêtise qui ont été dites mais on lui en veut pas à notre Dejan. C'est un bon gars malgré tout. cheers 

J'ai hâte de voir les prochaines. Very Happy
avatar
Vieu-gars

Messages : 23
Date d'inscription : 13/05/2013
Age : 253
Localisation : Hospice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Naruk le Dim 30 Juin - 18:17

Super interview, encore une fois très instructive \o/
avatar
Naruk

Messages : 51
Date d'inscription : 09/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Proutovski le Sam 6 Juil - 12:36

Cette semaine, rencontre avec le camarade Phitouppe, le deuxième membre le plus ancien du forum, et dissident éminent de SSB4.com.



Proutovski : Cette semaine, je reçois mon concurrent numéro un, mais néanmoins camarade, on le nomme le Mississippi des petites culottes et il a suffisamment de style pour arborer une photo de Limonde sur Skype tout en gardant la classe, eh oui, c'est Phitouppe qu'on reçoit ce soir.

Phitouppe : Bonsoir chers lecteurs!

Proutovski : Ça va, jusque-là, je me suis pas trop trompésur ton portrait ?

Phitouppe : Ben non, effectivement je suis ton concurrent numéro un (le seul aussi…). Et oui Limonde a la classe, j’espère qu'il sera dans le prochain SSB. Et mon penchant pour les petites culottes n'est un secret pour personne ! (tant qu'il y a une fille dedans…)

Proutovski : Je te reconnais bien là.
Maintenant, si tu le veux bien, écoutons le générique.


Phitouppe : Elle est pas lesbienne, elle ? M'enfin, on comprend un peu vue sa tête, qu'elle cherche un mec ^^. Les belles filles ont les cherche, elles ne cherchent pas. Mais j'aime cette musique, j'ai moi-même laissé mon e-mail.

Proutovski : Toujours à chercher la gueuze.

Phitouppe : Oui c'est sur. J'étais trop jeune pour elle apparemment. En même temps elle est super exigeante, mais elle précise pas l'age à coté. Tsss

Proutovski : Ouai, maintenant c'est trop tard, elle a trouvé un mari et s'est convertie à l'Islam.

Phitouppe : Ouais on est pas sorti. Vivement que Marine soit élue pour régulariser la chose.

Proutovski : On en parlera tout à l'heure. Je te vois connecté presque 24/24h sur Facebook. Tu passes ton temps à draguer des gamines ?

Phitouppe : Oui si ce n'est pas sur mon ordi, je check mon téléphone (mon Iphone pardon).Essentiellement 85% de gamines comprises entre 14 et 16 ans, elles sont gamines dans le sens kikoo et non-cultivées. J'aime bien venir avec mon drapeau pour démasquér les jeunes salopes et leur donner des leçons. Mais je suis avant tout ami des femmes, je fais toujours comprendre au moment d'une rupture que c'est la fille qui est en tort et non moi. C'est jouissif de les voir s'excuser à plat ventre pour une faute qu'elle non pas commise. J'aime bien aussi troller par ci par là. Pendant 1 mois avec deux potes c'était mon passe-temps favori.

Proutovski : On va rester sur la question des filles, pour l'instant.
Alors, sur Internet, c'est uniquement pour t'amuser ?

Phitouppe : Oui bien sur, à mon sens faut être un peu dérangé pour chercher l'amour sur Internet. Vous ne savez pas à qui vous avez réellement à faire (comme le prouve mes trolls). Je peux très bien dire que je suis Laure Manaudou par exemple… Et pour moi une relation part forcément du principe qu'il y a eu un échange physique. Donc la drague c'est uniquement pour le troll, et dans un but d’expérimentation pour débusquer le nombre de personnes prêt à sortir avec quelqu'un (voir se marier) sans même l'avoir vu. Et mes recherches ont eu des résultats effrayants… J'interdirais FB à ma fille.

Proutovski : T'as épousé combien de filles jusque là ?

Phitouppe : Emile (l'une des plus débile), Melanie (une grosse grosse salope de 14 ans), une autre (je crois qu'elle s'appelle Elodie...), et actuellement avec Pauline.

Proutovski : En dehors de la dimension sociologique, tu éprouves quoi en faisant ça ?

Phitouppe : Pas grand chose, après avoir jouer avec une, je passe à une autre, des fois j'en prend 3 en même temps si je suis gourmand.

Proutovski : Et dans la vie réelle, si on peut appeler ça comment ça, ça marche aussi bien ?

Phitouppe : Je n'ai pas de problèmes de ce coté-là, je suis un gros chien par moment avec les filles (je peux du jour au lendemain ne plus leur parler pendant des semaines par ce qu'elles me gavent) pas de dispute ni rien, c'est parfait. Ça s'explique par le fait que les relations sérieuses ne m’intéressent plus pour l'instant. Et d'où je viens tout ce sait, donc si tu sors avec telle ou telle personne tu es fiché directe. Ce qui est bien chiant. Mais comme tout homme qui se respecte je sais quoi dire pour attirer la femelle, où au moins lui faire comprendre qu'elle a besoin de moi. Donc les relations courtes, les plans cul, etc. c'est ce qui m’intéresse actuellement. Et je persiste à croire que le meilleure moment dans une relation c'est avant qu'elle ne commence.

Proutovski : Pas de sentiments alors ?

Phitouppe : Si ça m'arrive bien sur, mais tôt ou tard je fini par me lasser… Même si actuellement j'avouerais qu'il y a une fille qui me plaît beaucoup et c'est réciproque. Juste que c'est compliqué car si on venait à se séparer, ça serait embêtant pour les relations commerciales de ma famille... C'est le problème de la Corse. Tout se sait et chaque chose que tu fais aura une répercussion sur quelqu'un d'autre.

Proutovski : Tu reçois des menaces de mort des fois, pour des relations avec des filles du coin ?

Phitouppe : Ça m'est arrivé, pas une menace de mort mais quelque chose dans le genre. Un papa avec qui je m'entendais très bien, qui m'a dit après que j'ai fait la gueule à sa fille : "Un conseil : évite de traverser la route". Ou quelque chose dans le genre. Sinon on me fait des histoires, la morale, etc., ce qui est bien chiant, mais vu que ça ne m'atteint pas, ben je passe à autre chose rapidement.

Proutovski : D'accord, d'accord.
Est-ce que tu trouves que le sexe occupe une place trop importante, ou apparente, dans notre société ?

Phitouppe : Oui beaucoup trop. Dans tous les médias, il y en. Faut dire que ça fait vendre… Le problème, c'est que c'est devenu un commerce, ce qui est très con, vu que la plupart des gens ont aussi une réaction puritaine envers la chose. Je ne dirais pas que je suis contre, mais vu la façon dont c'est abordé, et que des gosses peuvent voir le fucking ass de Nicki Minaj, ça me fait bizarre sachant qu'à coté beaucoup réprimandent la question du sexe dans notre société.
Mais bon, ce sera normal pour tout le monde dans quelques années. On accepte bien le fait de pouvoir tuer des gens dans les jeux vidéo par exemple et en rire. Donc il n'y a rien de vraiment moral.

Proutovski : Ça peut avoir des conséquences sur les comportements.

Phitouppe : Ça en a déjà, donc bon. Soit on ferme le sujet pour le cadre intime. Soit on affiche ça pour tout et n'importe quoi. Mais c'est débile de faire les deux en même temps.

Proutovski : Tu penses que dans un couple l'homme et la femme ont des rôles interchangeables ?

Phitouppe : Pour la question de donner la vie, bien sûr que non. Mais les taches quotidiennes peuvent être modifiées, il n'y a pas de rôle précis. Juste pour une mère, ce sera facile d'apprendre des truc de filles à son enfant et vis et versa. Mais moi je me vois mal dans un couple où chacun fera quelque chose de bien précis, sauf dans les rapports sexuels bien sûrs.

Proutovski : Tu as le même point de vue pour leurs rôles dans la société ?

Phitouppe : Oui bien sur. Mais le problème c'est que la femme n'est pas encore assez sur le devant de la société. Elles ont les capacités d'entreprendre aussi bien voir mieux les choses que les hommes sauf que la plupart s'en foutent et restent à leur condition de "femme". Mais le jour où elle se réveilleront vraiment, on sera bien dans la merde…

Proutovski : Je suppose que tu dois souvent te faire cette réflexion sur Facebook.

Phitouppe : Oui voilà, les filles sur FB sont des copiées/collées. Tout ce qu’elle veulent, c'est trouver un mec dont elles peuvent dépendre financièrement et accessoirement faire leurs putes en soirée pour attirer l'attention.

Phitouppe : Pas toute les filles sont comme ça, bien sûr que non. Mais celles qui passent leurs journées sur FB, oui, du moins. Et quand on regarde comment elles écrivent à l'age de 16 ans, c'est juste gerbant quoi…

Proutovski : Tu dirais plutôt que le sexe est une sublimation de l'amour ou que l'amour est une sublimation du sexe ?

Phitouppe : Je dirais la première. Après on peut chercher à se vider les couilles sur une fille comme ça, je dis pas. Mais le sexe dans une relation amoureuse c'est vraiment quelque chose d'intense. cœur

Proutovski : Penses-tu que l'art est un moyen de séduction ?

Phitouppe : Ben oui, l'art peut se décomposer en pas mal de façons, mais globalement l'art des mots aide bien. Un petit poème ou une image subliminale peut aider. Après, faire une réalisation manuelle, c'est assez prestigieux et flatteur la plupart du temps. Et une femme aime être flattée donc ça peut-être que bon!

Proutovski : Ça sert à quoi d'autre, l'art ?

Phitouppe : À exprimer ses sentiments, à créer un univers auquel on peut s'identifier, à faire passer un message d'une façon ludique et/ou amusante. Ou juste faire une création qui soit belle aux yeux du public. (Ou alors à séduire.)

Proutovski : Excepté le cadre de la drague, tu pratiques un art ?

Phitouppe : Pas vraiment, je ne crée rien, je ne joue plus d'un instrument. J'ai juste un intérêt pour la cuisine que m'a transmis mon père (mais je ne considère pas ça comme de l'art dans mon cas).

Proutovski : Ah oui, vous êtes dans la restauration ?

Phitouppe : Mes parents ont entrepris un restaurant qui a peu prêt mon âge. Il marche par chance très bien. Mes parents ont mené cette entreprise à la sueur de leur front. Et moi et ma sœur, on les a toujours aidés dans le travail. Ce que j'aime bien c'est que j'ai un rapport de patron avec les employés, j'aime bien abusé de ce pouvoir pour leur demandé d'aller me rapporter des trucs. C'est cool !

Proutovski : Tu leur demandes des trucs sexuels aussi ?

Phitouppe : Je me suis déjà tapé une brésilienne et deux pinsuti (ndlr : français[es] du continent). Je ne sais pas si à la base, elles se sont laissées tenter car j'étais le fils du patron mais je m'en fiche un peu j'ai juste fait ce que j'avais à faire .  Par contre cette année dans le personnel il n'y a presque pas de filles septique .

Proutovski : C'est ballot.

Proutovski : Comme t'es dans le milieu, je te pose la question : est-ce que tu penses qu'un art qui se chie est forcément un art secondaire ?

Phitouppe : Pas forcément, le but de la cuisine c'est déjà de se renouveler, l’être humain arrête jamais de manger, ça implique une part importante de sa vie. Pour moi tu as ceux qui mangent pour se remplir l'estomac, et les autres qui en profitent pour expérimenter leur sens du goût.

Phitouppe : Je vais pas faire le délicat, fin gourmet mais je suis un peu de ce deuxième genre. Déjà la cuisine passe par le visuel, quelque chose avec une apparence étrange, ça donne pas envie de manger, et après par le goût et l'harmonie des ingrédients. Il faut prendre le temps de savourer, à la fois pour apprécier ce qu'on a devant soit et pour éviter le gaspillage. Découvrir de nouvelles expérience en mangeant c'est ça que j’appelle la vrai cuisine ! Et ça pour moi, c'est un art réel même si il n'est pas reconnu à sa juste valeur.

Proutovski : Étant donné qu'on s'est rencontrés sur un forum de jeux vidéo, est-ce que tu dirais que le jeu vidéo est un art ?

Phitouppe : Dur dur… Ça a les effet de l'art (les émotions, la création d'un univers, etc.) mais pas les propriétés, une création artistique est déjà unique en soit, le jeu vidéo est lui une production de masse. Un jeu vidéo est programmé de A à Z, une création artistique on s'en fait une idée à l'avance mais les aboutissants changent pendant la création. Un art n'est pas reproductible parfaitement… Je pense qu'il faut faire une distinction entre une production de masse et une réalisation artistique.

Proutovski : Ça induit le problème du cinéma.

Phitouppe : Et j'ai cette même pensée pour le cinéma.

Proutovski : Si tu devais choisir une œuvre d'art pour représenter la société ou le monde actuel, ce serait laquelle ?

Phitouppe : Laisse-moi réfléchir. La ferme des animaux de George Orwell.

Proutovski : Super, on va passer à la seconde partie de notre interview.

Phitouppe : Déjà ??? Mais ça ne fait que deux heures !

Proutovski : Tu t'es inscrit sur SSB4.com, il y a à peine 5 mois. Tu es devenu modérateur, il y a peine un mois, et sûrement un des membres les plus populaires. Comment es-tu arrivé à une ascension aussi fulgurante ?

Phitouppe : Ben figure toi que j'en sais rien !  Pour la fonction de modo, je croise Vil depuis deux ans, c'est bien lui qui m'a fait venir, c'est quelqu'un que j’apprécie beaucoup, et visiblement c'était réciproque et il a juger bon de me faire modérateur.
Pour ma popularité j'en sais trop rien, je pense que ça a plu à certains mon investissement direct sur le forum malgré que je sois nouveau, à la base j'ai fais ça pour Vil pour que sa communauté puisse vivre. Mais la plupart m'aime bien, d'autre disent m'adorer. J'avoue que je comprends pas bien pourquoi dans le sens où certains me laissent un peu indifférent :hop: .

Proutovski : Qui te laissent indifférent, par exemple ? :hap:


Phitouppe : Par indifférent, je veux dire que s'ils partaient ça serait pas super, mais bon je m'en foutrais un peu, même si je les aime bien… Je n'ai pas envie de donner de pseudo, je dirais que ça fait parti de 60% du forum. Je vise surtout ceux qui sont exclusivement cloîtrés sur la CB. Après au-dessus d'eux il y a les "potes" comme toi par exemple. Et après il y a pour moi les pilier du forum qui me donnent envie de rester et de continuer à faire vivre la communauté.

Proutovski : Qu'est-ce que tu penses du complot de Vilain ?

Phitouppe : Je n'ai jamais compris son but précis, j'avoue que ça m'échappe. Je ne préfère pas y penser pour l'instant, quand la situation dégénérera je migrerai sur ton forum pour de bon.

Proutovski : Quand les gens s'en rendront compte, il y aura une ruée vers le forum de la dissidence, mais je ne pourrai pas laisser les portes ouvertes à tout le monde.
Tu participes à d'autres forums ou sites ?

Phitouppe : Aussi implicitement ? JVC en priorité, surtout le forum Wii ou je me suis fait 3 amis là-bas. Je suis nostalgique de cette époque :snif: . Sinon pas tellement, je traîne à droite à gauche. Mais essentiellement je suis resté que sur 3 sites : Sims2 officiel (paix aux modérateurs), JVC et SSB4.

Proutovski : Amateur des Sims ?

Phitouppe : Je l'attendais cette question !
Les Sims, ça doit être le jeu auquel j'ai dû le plus jouer. Ça doit se compter en milliers d'heures en réunissant les trois opus. Bon maintenant j'y joue plus, la politique d'EA m’énerve de plus en plus, donc par manque d'innovation j'ai arrêté de prendre les extensions. J'attends de voir à quoi ressemblera le 4, ou alors sinon ce sera fini pour moi. Et puis faut dire que ça partait vraiment en couille, maintenant dans Les Sims 3 tu peux croiser des dragons faire du jogging et des fée dans la rue. Pour moi on perd le concept de simulation de vie car l'imaginaire est devenu beaucoup trop présent.

Proutovski : Ah oui effectivement
Tu penses qu'Internet a changé beaucoup de choses dans le monde ?

Phitouppe : Ben oui, en bien ou en mal ça dépend… Le premier reproche que je ferai c'est que les gens ne prennent plus la peine de chercher par eux même, ils vont directement sur un site ou demander à leur portable. Mais ça a permis de développer les échanges d'idées, de biens et services, ça a crée de nouveaux emplois, etc. Dans un sens général, Internet a facilité la vie, mais du coup on en est devenu trop dépendants.

Proutovski : Tu dirais que tu as des amis sur Internet ?

Phitouppe : J'ai rencontré des gens sur internet qui sont devenus des amis après les avoir rencontrés. Il étaient juste des potes avant. Pour moi, il faut avoir un échange concret entre les deux personnes pour se sentir amis, c'est pas deux trois délires entre geeks avec une vidéo qui nous font vraiment sentir amis. Même si on a un bon feeling. Ça rejoint ma pensée sur les couples virtuels. Donc je dirais que non, même si ça m'a permis de m'en faire.

Proutovski : Comment est-ce que tu définirais ce type de relations ?

Phitouppe : Des "potes" mdr. On s'est jamais croisés, on ne sait pas tellement à quoi on ressemble, mais on a des idées et des caractères en commun. Ça nous permet d’échanger pas mal de chose. Et puis l'avantage c'est que si je commence à m'ennuyer dans une conversation j'ai juste à partir. Ce qui est nettement plus compliqué irl.

Proutovski : Ici, tu ne peux pas partir.

Phitouppe : Non car j'ai un engagement, et surtout ça ne m'ennuie pas !

Proutovski : Ton poste de modérateur te tient à cœur ?

Phitouppe : Ben je suis modo depuis mai déjà, à vrai dire je me considère comme un modo depuis longtemps, mon activité telle quelle sur le forum me prenait vraiment à cœur. Quand je suis passé modo ça n'a pas vraiment changé. Juste que j'ai eu accès à la corbeille et que je pouvais enfin modifier le site moi-même sans avoir à consulter le staff. Après ce sentir impliqué et au dessus des autres c'est quand même une petite fierté ^^. Donc j’espère bien garder ma place !

Proutovski : Oui, moi aussi.
Ta participation au forum t'apporte quelque chose, personnellement ?

Phitouppe : Je sais pas si c'est con à dire, mais ça m'apporte de la satisfaction. Je fais des choses qui me plaisent, et ça plaît aux autres. Donc oui je t'avoue que c'est un peu une joie de voir le site grandir grâce à la participation d'un peu tout le monde.

Proutovski : Et le pouvoir, ça te plaît alors ?

Phitouppe : Ben sur ce forum on n'a pas tellement de pouvoir, on met juste l'ordre, le bannissement et la répression sont rarement employés, donc bon. Finalement le staff fait juste du rangement plus que de donner des ordres (car il faut dire que la charte est assez leste). IRL, j'aime bien donner des ordres mais en me faisant respecter, j’évite d'en abuser quand j'ai l'occasion d'avoir ce pouvoir.

Proutovski : Le pouvoir, ça va nous amener à la politique. C'est un sujet qui t'intéresse ?

Phitouppe : Tous les sujets sont bon à prendre lol.

Proutovski : Tu participes au politique ?

Phitouppe : Je m'y intéresse, ça rejoint le droit, mais je t'avoue qu'il y a trop de noms dans ce milieu à retenir ce qui fait que je m'en mêle les pinceaux.

Proutovski : Des noms justement, je vais t'en citer quelques-uns, tu vas me dire ce que tu en penses.

Phitouppe : On va essayer ^^.

Proutovski : François Hollande

Phitouppe : Tout sauf un président !

Proutovski : Jean-Marc Ayrault

Phitouppe : (laisse moi cheaker)

Proutovski : (c'est le premier ministre, il a une gueule de paillasson)

Phitouppe : (ça coince déjà, je t'avoue que jmef pas mal de lui)

Proutovski : (dis un truc, osef)

Phitouppe : Je m'essuierais bien les pieds sur lui.

Proutovski : Nicolas Sarkozy

Phitouppe : Petit corps mais grande bouche.

Proutovski : Jean-Luc Mélenchon

Phitouppe : Un fou furieux.

Proutovski : Marine Le Pen

Phitouppe : Future présidente. *esquive une tomate*

Proutovski : Barack Obama

Phitouppe : Un gros black

Proutovski : Angela Merkel

Phitouppe : C'est mère nature.

Proutovski : Yvan Colonna

Phitouppe : Un pauvre gars persecuté…

Proutovski : Est-ce que tu peux nous parler un peu de ces histoires d'indépendantistes corses ?

Phitouppe : J'ai le père d'un ami d'enfance qui fait parti du FLNC, j'ai moi même eu l'honneur avec Santu d'appuyer sur le détonateur, j'avais 15ans, on y est allés après le match merdique qu'on a fait contre Nice… Puis après, il m'a ramené à la maison, c'était sympa de sa part d'ailleurs.

Proutovski : Ça devait être drôle. Tu as fait sauter quoi ?

Phitouppe : Une maison de locataires du continent, ils s'étaient installer prêt d'une statue de Pascal Paoli en bord de plage. Il y avait un mec en pantoufles à l’intérieur, on lui a demandé de sortir car on ne voulait pas qu'il meurt pendant l'explosion. Je crois qu'il s'appelait Arthur Mes quelque chose...

Proutovski : Tu aimerais que la Corse soit indépendante ?

Phitouppe : Bah perso non, très peu le souhaitent, à moins d’être coupé du monde, on s'en sortirait pas financièrement. Il y a pas mal de familles en bonne situation en Corse, c'est un peu grâce à la France qui nous couvre. Et dans un monde mondialisé on serait dans la merde car on ne produit pas grand chose à l’étranger mais on importe beaucoup.

Proutovski : Je vois. Tu penses que le politique a du pouvoir sur toi ?

Phitouppe : Oui et vis et versa. Mais je suis libre de suivre leurs instructions ou non.

Proutovski : Et versa alors, comment penses-tu avoir du pouvoir sur eux ?

Phitouppe : En votant, en allant barricader leurs préfectures de merde, en foutant un gros bordel, on faisant changer les dirigeant au pouvoir, tout ça tout ça.

Proutovski : À ton avis, qui a le plus de pouvoir dans le monde : le système politique ou le système économique ?

Phitouppe : Économique… Si il y a une crise quelque part, ça va suivre ailleurs, on est devenu dépendants de l’économie, et sans argent c'est impossible de financer quoi que ce soit et d'avoir une politique stable.

Proutovski : Tu crois que le clivage droite-gauche rend bien compte de la réalité de la vie politique ?

Phitouppe : Pas tellement globalement il veulent tous relancer l’économie du pays. Il y à mon sens trop de représentants et trop de partis politique, ça détourne trop en dérision la crédibilité de la politique.

Proutovski : Donc tu penses qu'il faudrait moins de parties ?

Phitouppe : Oui, trop de choix tue le choix, il y a eu quelque chose comme 2% ou 3% de gens qui ont voté pour Eva Joly, ça aurait pas été mieux d'avoir ces voix dans des partis plus populaires qui avaient vraiment une chance de passer. C'est bien d'avoir le choix, mais en avoir trop ça détourne dans la tête des gens les vrai solutions qui peuvent se mettre en œuvre.

Proutovski : Mais si aucunes "vraies solutions" ne nous plaisent, ça peut être bien d'avoir d'autres partis qui proposent d'autres solutions. Même s'ils ne sont pas élus, ils peuvent exercer des pressions, grâce à la légitimité des voix.

Phitouppe : Faire pression avec 2% c'est dur. Je suis d'accord avec toi, mais il n’empêche qu'il y en a beaucoup trop, et en général ce sont des choses beaucoup trop ambitieuses.

Phitouppe : Et puis on a pas tellement le choix, au second tour on s'est retrouvé avec Sarkozy Vs Hollande, j'appelle pas ça avoir du choix perso.

Proutovski : Mais est-ce que justement c'est ça les "vraies solutions" dont tu me parlais : Sarkozy et Hollande ?

Phitouppe : Non aucunement… Même si j'avoue que j'aurais préféré largement Sarkozy. Bon en même temps les dernières élections étaient pas super intéressantes, je trouve. Il y a juste Marine qui a part pour sa politique de l'euro je l'ai trouvé intéressante.

Proutovski : Et Marine, tu trouves pas qu'elle exagère un peu quand elle dit que les bateaux qui viennent d'Afrique du Nord sont remplis de Mohamed Merah ?

Phitouppe : Si sûrement mais comment lui en vouloir ? Depuis toute petite son Popa lui dit que les arabes c'est le mal donc bon. Et honnêtement, si ça me permettait de voir moins de racailles et de fouteurs de merde dans la rue, et ne plus entendre Sexion d'assaut, je suis prêt à la suivre.

Proutovski : Oui, je comprends. Aujourd'hui, tu trouves la jeunesse plutôt conservatrice ou progressiste ?

Phitouppe : Plutôt progressiste, les traditions se perdent pas mal.

Proutovski : Tu te sens plus corse ou français ?

Phitouppe : Plus Corse. C'est une affaire de mentalité et de respect des traditions justement.

Proutovski : Quelles traditions ?

Phitouppe : Les respect de la langue, de nos ancêtres et de notre mentalité. Ça se perd même chez nous… :/

Proutovski : Tu penses que les médias transmettent bien la pensée du peuple ?

Phitouppe : En Corse oui, tous les médias produits chez nous respectent notre mentalité. En France je n'en suis pas sur, les médias poussent trop à la consommation, ça ne fait que répondre à la demande, mais c'est beaucoup trop axé sur la publicité je trouve. Et même les petits youtubeurs qui se plaignent de la pub affichent fièrement leurs Iphone...

Proutovski : Comment imagines-tu la vie en dictature ?

Phitouppe : Super pour ceux qui la contrôle. Les autres fermeront leurs gueules.

Proutovski : Est-ce que tu penses que des révolutions comme celles qui ont eu lieu dans les pays arabes, et qui ont commencé à apparaître au Brésil, pourraient avoir lieu en France, dans les prochaines années ?

Phitouppe : Je pense pas non. La plupart s'en foutent un peu, ils se contentent juste de se laisser vivre, ils manifestent un peu par ci par là mais bon.

Proutovski : Justement, est-ce que tu crois que ce désintérêt global risquerait de causer notre perte ?

Phitouppe : Je pense que oui, il y a trop peu d’intéressés, les centres d’intérêt des français sont globalement trop superficiels, la plupart vivent pour soigner leur apparence pour mieux se faire voir auprès des autres ; la politique, le déficit budgétaire, ils s'en foutent de tout ça jusqu'à se retrouver au chômage. D'ailleurs, on peut dire que la plupart des gens sont égoïstes, donc du coup seule leur personne compte.

Proutovski : Tu crois qu'il manque une part de spirituel dans leur vie ?

Phitouppe : Je sais que je peux paraître vieux con mais c'est ce que je pense.

Proutovski : J'ai lu sur SSB4.com qu'au-delà des religions, tu croyais en Dieu. Comment tu conçois Dieu ?

Phitouppe : Comme une présence, un esprit qui nous guette et parfois intervient dans notre vie.

Proutovski : Et pourquoi tu te détournes des religions ?

Phitouppe : Car déjà il y en a trop, et que la religion (et les règles et histoires associées) a été crée par les hommes, et non pas part une divinité.

Proutovski : Les règles des religions sont toujours un contrat social pour la société.

Phitouppe : Pas toujours, mais à la base c'est sous le fondement de la religion que la société s'est mise en place, il fallait un prétexte pour démarrer et expliquer pourquoi on était le souverain légitime, et quoi de plus facile que de faire croire qu'on est le descendant des dieux pour avoir l'autorité ?Après, c'est, à la base, la religion qui emploie la notion de mariage, de certaines lois, etc.

Proutovski : Je suis pas sûr que ce que tu dises corresponde aux connaissances actuelles en histoire et en anthropologie. Surtout compte tenu de la manière dont sont traités les rois dans de nombreuses "sociétés primitives", je pense pas que quiconque ait envie d'en devenir le souverain.

Phitouppe : Ben à la base les roi de France étaient considérés comme des réincarnations de Dieu. Pareil pour les pharaons.

Proutovski : Ah oui, dans ce cadre-là, mais la religion existe bien avant les rois de France. Et en ce qui concerne le Christianisme, les empereurs romains qui l'ont introduit dans l'État ne s'en sont pas servis pour légitimer leur pouvoir.

Phitouppe : Non, non, mais elle a servi de prétexte pour déterminer les places dans la société.

Proutovski : C'est à dire ?

Phitouppe : Ben en ce qui concerne le souverain déjà, les non croyants sont rejetés et /ou convertis. Elle a permis, en convertissant justement, de rallier des gens à la cause du peuple, la politique était basée sur la religion, les preneurs de décisions étaient souvent les évêques.

Proutovski : Je comprends mieux ton opinion.

Phitouppe : Vraiment ?

Proutovski : L'interview va bientôt se terminer.
Aujourd'hui, tu viens d'avoir le bac. Ça change quelque chose à ta vie ?

Phitouppe : Juste un immense soulagement. Et un peu le sentiment d'un objectif accompli. Ça fait depuis que je suis en 6eme qu'on me rappelle que j'aurai le bac à passer. Maintenant c'est fait, voilà et tant mieux. Et honnêtement tout le monde en fait toute une histoire pour rien…

Proutovski : Tu as une petite année de retard, quand même.

Phitouppe : Oui, une histoire de réorientation, je voulais passer de STG à ST2S, mais pour ça on m'a fait redoubler et finalement je n'ai pas pu changer.

Proutovski : STG alors. Pas de sentiment d'infériorité ?

Phitouppe : Non, juste que j'étais dans une classe de branleurs mais bon. Osef, le but c'est d'avoir le bac. Et je débouche direct sur du droit donc c'est cool pour moi.

Proutovski : Tu veux continuer dans le droit ?

Phitouppe : Oui, c'est peut-être là où je me sens le plus à l'aise.

Proutovski : Ça t'a plu l'école ?

Phitouppe : Hum, c'est un endroit formidable pour se faire des amis, c'est quand même là où tu côtoies les mêmes personnes jours après jours, ça fait forcément des liens. Rien que pour ça oui j'ai aimé l’école.

Proutovski : L'avenir s'annonce comment pour toi ?

Phitouppe : On ne sait pas de quoi l'avenir est fait! Mais je compte bien me lancer dans un bac +3 minimum, voire le master… Mais dans le pire des cas où je trouverais pas de travail, j'aurais juste à reprendre l'affaire de mon père.

Proutovski : Et l'été ?

Phitouppe : Cet été est fait de travail, je compte bien être full pour passer ma vie étudiante, à coté de ça je glande rien à la plage ou chez moi à la piscine, je revoie mes vieux potes, je compte me mettre avec une fille que je trouve adorable, et bordel c'est bon d'avoir fini le lycée quoi ! J'y ai passé 4 ans. Ah aussi je traîne sur le forum, même si c'est moins souvent qu'avant.

Proutovski : Est-ce que tu penses que la dialectique peut casser des briques ?

Phitouppe : Ben bien sur, suffit de bien dialoguer pour permettre de convaincre quelqu'un de casser une brique avec son crane. M'enfin j'en vois pas l’intérêt vu que je peux le faire facilement avec mon pénis.

Proutovski : Dirais-tu que vivre, c'est risquer de mourir ?

Phitouppe : Ben on vit pour mourir. On est en permanence confrontés à la mort. Ce sera la maladie ? Un accident ? Le mieux c'est d'en profiter au lieu de s'en soucier, car au moment où ça arrivera ce sera trop tard

Proutovski : Voilà, Phit, on va se quitter.

Proutovski : Un dernier mot à ajouter ?

Phitouppe : Un seul?

Proutovski : Plusieurs, s'il le faut.

Phitouppe : Le poulet c'est plus fort que toi.

Proutovski : Peux-tu nous expliquer cette conclusion ?

Phitouppe : La phrase est assez explicite comme ça je trouve!

Proutovski : Bon, d'accord. Les lecteurs interpréteront. Merci, mon bien cher frère-camarade pour cette interview, j'espère que nos amis dissidents prendront plaisir à la lire.

Phitouppe : Et ben moi aussi je l’espère ! Ça fait bizarre d’être l'interviewé… On se croirait dans un monde parallèle… En tout cas ça me fait plaisir de savoir que ce n'est pas moi qui vais corriger toutes mes fautes .

Proutovski : Oui, comme je te comprends ! Quand à nous, on se retrouve la semaine prochaine avec un invité exceptionnel pour un interview qui s'annonce gratiné aux petits oignons. J'espère que tu nous liras, Phit.

Phitouppe : Je serais au rendez-vous comme d'habitude.

Proutovski : Au plaisir Very Happy
avatar
Proutovski
Président-Amical

Messages : 76
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://lenouveausupersmashb.star-ac.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Naruk le Sam 6 Juil - 16:14

Sympa cette interview, ça m'a fait permis de connaître un peu Phit vu que je passe jamais sur ssb4.com

Sinon, aura-t-on droit à un indice pour l'invité ou la surprise sera-t-elle complète? La question me turlupine.
avatar
Naruk

Messages : 51
Date d'inscription : 09/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Vieu-gars le Sam 6 Juil - 16:42

Il me plait le jeunot avec sa rhétorique bien placé. cœur 
Le droit est fait pour lui. Very Happy
avatar
Vieu-gars

Messages : 23
Date d'inscription : 13/05/2013
Age : 253
Localisation : Hospice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Doktor Cadok Benguigui le Sam 6 Juil - 21:55

Très sympathique en effet. On en sait plus sur l'une des figures incontournables du forum concurrent, c'est mieux pour pouvoir le renverser.

Je compte sur Phit pour appuyer une nouvelle fois sur le détonateur, comme il sait bien le faire.
avatar
Doktor Cadok Benguigui
Président du vice

Messages : 73
Date d'inscription : 05/05/2013
Localisation : université la source de Conakry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Chuck Norris le Sam 13 Juil - 8:25

Interview génial, comme d'habitude. Intéressant.
avatar
Chuck Norris

Messages : 21
Date d'inscription : 25/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Proutovski le Sam 13 Juil - 22:07

L'interview de la semaine mettre un peu plus de temps que prévu à arriver, car mon invité exceptionnel m'a fait faux bon. Normalement, elle pourra être publiée lundi soir.
avatar
Proutovski
Président-Amical

Messages : 76
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://lenouveausupersmashb.star-ac.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Proutovski le Lun 15 Juil - 22:07

Voici mes frères, l'interview de notre frère-camarade Jules Seigneur, connu ici sous le nom de Naruk. C'était une interview non préparé, mais qui nous a permis d'explorer de nouveaux horizons. Vous constaterez la présence d'un invité surprise en milieu d'interview. Le dit invité possédant un grand esprit, ses mots ont parfois dû être transcrits dans un langage plus simple, donc certains éléments on pu nous échapper.



Première partie : vie, art, jeux vidéo

Proutovski : Bonjour à tous, comme vous pouvez le constater mon invité prestigieux n'a pas pu être avec nous ce soir, du fait d'un imprévu de dernière minute – c'est ça, le prestige. C'est donc Jules Seigneur, aka Naruk, qui le remplace.

Jules Seigneur : Eh bien, c'est assez cool de remplacer Dadis, je dois dire, mais également assez stressant :/ .

Proutovski : Comment va la santé ?

Jules Seigneur : Vachement bien, "détendu du gland" comme tu dis si souvent.

Proutovski : Je te préviens, tu n'étais pas prévu, on n'a rien préparé pour ta venue.

Jules Seigneur : C'est pas grave, comme ça, ce sera très spontané et naturel

Proutovski : Oui, spontané, c'est le mot. Ne montre pas ta bite quand même, ce serait considéré comme de la pédo-pornographie et je ne veux pas aller en zonzon :/ .

Jules Seigneur : T'inquiète, je me tiendrai tranquille de ce côté.

Proutovski : C'est une bonne nouvelle. On va commencer par le générique. Je l'ai pas encore choisi.

Jules Seigneur : Tu me laisses le choix c'est ça?

Proutovski : Ouai, c'est exactement ça.

Jules Seigneur : Arf, c'est stressant .


Proutovski : Ouai, ça fait péteux. On va prendre ça plutôt :

Jules Seigneur : Ouais c'est vachement sympa aussi.

Proutovski : Bon, ça c'est fait. Qu'est-ce que tu nous racontes de beau ?

Jules Seigneur : Eh bien ma foi, j'ai 14 ans, suis trompettiste de mon état (c'est pas encore mon job, mais je creuse la question) et je suis geek. Ça couvre tout mes centres d'intérêts, quoi.

Proutovski : Ouai, c'est bien joli, tout ça, mais ça nous dit pas si tu pisses assis ou debout.

Jules Seigneur : Ben, debout, sauf quand je fais caca parce que là ça marche moins bien.

Proutovski : C'est une bonne chose, c'est un signe que tu n'es pas un homme femelle.

Jules Seigneur : Je sais, et j'en suis content.

Proutovski : De quoi va-t-on parler ensuite ?

Jules Seigneur : Oh moi tout les sujets me plaisent, à part la politique, je suis pas trop calé là-dessus :S . Mais tiens, je suis né le 12 avril si vous voulez tout savoir, ce qui fait de moi un Bélier.

Proutovski : À quelle heure ?

Jules Seigneur : 3h53 exactement, voilà. Je me souviens plus des secondes par contre, désolé :S .

Proutovski : C'est bizarre, tu me dis pas l'année, t'as un problème avec ça ?

Jules Seigneur : Ah non, 1999. J'espère vivre jusqu'en 2100, comme ça je pourrais me vanter d'avoir vécu trois siècles .

Proutovski : Tu veux une clope ? Ça t'aidera.

Jules Seigneur : Si c'est si gentiment proposé, oui !

Proutovski : Ok, apporte-moi l'autorisation écrite de ta mère.

Jules Seigneur : Arf, on peut pas le faire en douce?

Proutovski : Non, non, nous sommes complètement transparents.

Jules Seigneur : C'est vrai, jouons le jeu, mais du coup je peux pas avoir la clope et ça me fait quand même les pieds.

Proutovski : Bon, on va peut-être passer aux choses sérieuses, parce que les gens vont commencer à s'emmerder à lire mes blagues bidons.

Jules Seigneur : Certes! Par où commençons-nous?

Proutovski : Bon alors tu es Bélier ascendant Capricorne.

Jules Seigneur : Deux bêtes à cornes, ce qui explique peut-être mon peu de chances avec les femmes. Mais concrètement, ça voudrait dire quoi ?

Proutovski : Ce sont deux signes assez contradictoires, car l'un est de la Terre (Capricorne) et l'autre du feu (Bélier). Le Bélier est un fonceur, quelqu'un de toujours actif, alors que le Capricorne est très sérieux, c'est un sage.

Jules Seigneur : Je me retrouve assez là-dedans, je suis capable d'être aussi impulsif que sérieux. Je suis assez ambivalent, mon caractère change facilement selon mon humeur d'ailleurs. Mais bon, je me sens un peu plus proche du Bélier quand même, j'aime bien ce côté fonceur et droit-au-but.

Proutovski : Il y a aussi le signe du Verseau qui est très important chez toi. C'est le signe de ta Lune, de ton Uranus et de ton Neptune. C'est étrange que tu dises ne pas aimer la politique, car je pense que c'est le signe le plus politique.

Jules Seigneur : C'est pas que je n'aime, c'est juste que je suis vraiment pas calé en politique. La politique en elle-même, ça me dérange pas, au contraire ! J'adore ça

Proutovski : Comme ce sont les planètes liés à l'imaginaire, tu dois avoir une imagination tournée vers l'histoire.

Jules Seigneur : Oui c'est vrai, l'Histoire est un sujet que je trouve passionnant. Mais là une fois encore, c'est un sujet que je n'ai pas le temps d'approfondir à mon grand dam. Ma période préférée reste sans doute la Renaissance, j'aime vraiment le style.

Proutovski : Ah ouai, tu possèdes quelques œuvres ?

Jules Seigneur : Pas vraiment, c'est triste, mais j'ai quelques meubles et vêtements venant de mon arrière-arrière-grand-mère qui sont maintenant assez "historiques", mais c'est pas vraiment la Renaissance :S .

Proutovski : Bon, on va passer  aux questions sérieuses. Ça sert à quoi l'art selon toi ?

Jules Seigneur : L'art c'est très malléable, on peut en faire ce que l'on veut. Certains vont faire de l'"art" pour récolter du pognon, comme Sexion d'Assaut, mais d'autres utilisent l'art pour faire passer un message, faire réfléchir. Bien sûr, la meilleure utilisation est la deuxième, mais malheureusement n'importe qui peut prétendre faire de l'"art" et lobotomiser les masses sans vergogne.

Proutovski : Ah ouai. Et tu fais passer quel message avec ta trompette ?

Jules Seigneur : Tout dépend de l'oeuvre bien sûr, mais je dirais qu'on reconnaît le bon musicien aux émotions qu'il fait passer à travers sa musique. Je crois que j'y arrive assez bien, d'ailleurs, le public étant généralement assez enthousiaste.

Proutovski : T'as des preuves de ça ?

Jules Seigneur : Non, malheureusement, on arrive jamais à enregistrer les concerts… Mais promis, si j'ai un enregistrement, je le partagerai.

Proutovski : C'est ballot :/ .

Jules Seigneur : Je sais je sais, mais promis, j'y travaille.

Proutovski : Si je te dis que j'ai toujours considéré que la musique était un truc d'autiste, ça te choque ?

Jules Seigneur : Un peu, mais bon, c'est un avis que je peux comprendre. D'un côté y'a les trépanés style Bieber qui font de la chiasse, de l'autre les illuminés mélomanes, alors forcément…

Proutovski : C'est pas pour ça que je disais ça, mais j'ai pas envie d'épiloguer, d'autant que j'y crois pas. Ça te gêne tant que ça qu'on puisse se faire du fric avec l'art ?

Jules Seigneur : C'est pas le fait de se faire du fric dessus, mais le fait de le faire en produisant de la merde. Chacun gagne sa vie comme il veut hein ! Mais y a un minimum de respect à avoir envers l'art.

Proutovski : Je suis pas sûr que ce soit le plus gênant parce que ça a toujours existé et que généralement les gens qui font ça ne durent pas très longtemps ou sinon ils finissent mal (c'est d'ailleurs le destin de Bieber et de la moitié des membres de Sexion d'assaut). Je crois que la cause la plus importante de la crise que traverse actuellement l'art, c'est cette idée de l'art comme une chose purement sensitive, déconnectée de tout signifiant. En musique, c'est très caractérisé par une grande partie de la mouvance électro, le jeune Skrillex est un exemple terrifiant. Et c'est exactement la même chose dans les "beaux-arts", en littérature, au cinéma… C'est incroyable qu'un type comme Tarantino soit porté aux nues, par une presse prétenduement intellectuelle, car dans le fond, même s'il est plus original, son travail revient au même que celui de Michael Bay (et encore, The Island pouvait faire réfléchir). Et la tendance au second degré permanent relève du même problème. Finalement, on tend à une généralisation de ce que disait Kundera du rock'n'roll, les gens écoutent cette musique, regardent ces films, lisent ces romans, pour ne pas oublier qu'ils vont mourir. Par ailleurs, ça revient sensiblement à la même recherche d'adrénaline que la consommation de drogue.

Jules Seigneur : C'est vrai, c'est pas faux, les gens oublient souvent de chercher une signification à l'art. Ton avis est très intéressant je l'admets, j'y réfléchirai, moi qui suis dans le milieu.

Proutovski : Je me permets de donner mon avis dans ton interview, hein.

Jules Seigneur : Non mais c'est pas grave, au contraire, surtout que toi tu peux pas t'auto-interviewer donc voilà. Et puis ton avis est vraiment bien et intéressant, donc si encore t'avais dit de la merde, mais là tu es tout pardonné.

Proutovski : Je pourrais m'auto-interviewer, hein, c'est pas un problème. Supersalut m'avait soufflé l'idée. Je vais étendre le point de vue exposé précédemment aux jeux vidéo, mais d'abord je vais te demander à quoi tu joues ?

Jules Seigneur : Beaucoup de choses, ma ludothèque est très variée: Final Fantasy, Halo, Pokémon, Mario, jeux Facebook… Mon préféré est soit Okami, soit Need for Speed Most Wanted 2005, parce qu'il est vachement fun.

Proutovski : Je dois te dire que je ne pense pas beaucoup de bien d'Okami.

Jules Seigneur : Ouai, je sais, mais je trouve le concept sympatoche. Après si j'y rejouais, je le remplacerai probablement par GoldenEye ou Ocarina of Time, après tout j'avais 9 ans la dernière fois.

Proutovski : Est-ce qu'on peut replacer ce que je disais tout à l'heure dans le contexte du jeu vidéo ?

Jules Seigneur : Oui sûrement, après tout, le jeu vidéo est le fruit de plusieurs arts. On a les arts du visuel, bien sûr, mais on a aussi la musique et le gameplay d'un jeu témoigne d'un certain savoir-faire. Donc, à défaut d'être un art, le jeu vidéo est un assemblage d'arts, et donc est soumis aux mêmes lois qu'eux je dirais.

Proutovski : Justement, je pense que le jeu vidéo témoigne très bien de cet art devenu purement sensitif et déconnecté de tout signifiant.

Jules Seigneur : C'est vrai, le jeu vidéo est un magnifique exemple de ta théorie, mais n'oublions pas que c'est une "discipline" encore jeune, qui cherche encore ses grands classiques… Comparé au cinéma, qui a plus de 100 ans, et la musique qui est incroyablement vieille, on a pas le même recul. Là où on trouve des mélomanes et des cinéphiles avertis qui ont fait la part des choses depuis longtemps, le jeu vidéo a encore peu d'experts, au final. Avec le temps, je pense que le jeu vidéo saura évoluer, pour finalement prendre du sens, se trouver des créateurs qui sauront faire passer des messages et légitimer le jeu vidéo en tant qu'art. Mais en attendant, le jeu vidéo reste en effet vide de signification, l'accent étant mis sur le plaisir immédiat.

Proutovski : Le jeu vidéo a 40 ans. En 1940, le cinéma avait Hitchcock, Chaplin, Renoir, Carné, Murnau, Dreyer. Je crois qu'on est très loin de ça dans le jeu vidéo.
Attends un peu. On m'annonce que 4G Master est en coulisse et qu'il voudrait nous faire un petit coucou. Viens ici, 4G !

4G Master : Oui.

Proutovski : Tu as vu un peu ce qu'on disait tout à l'heure ?

4G Master : Oui.

Proutovski : Donc maintenant on parlait du jeu vidéo. J'allais justement dire que le défi du jeu vidéo était sans doute de réussir à faire une conjonction entre son sensitif et son signifiant.

Jules Seigneur : Certes, c'est quelque chose d'assez compliqué à faire, mais je pense que certains arriveront à la faire où y sont déjà arrivés.

4G Master : Je suis assez d'accord, certains jeux sont déjà très proches du lien signifiant-sensitif, et de très bon jeu d'ailleurs. Cependant je crois pas que tous les jeux vidéos cherchent à atteindre cet objectif.

Jules Seigneur : Bien sûr que non, comme Michael Bay a rien à foutre du significatif dans ses films. Le jeu vidéo est surtout un outil de divertissement en fait, pour l'instant les créateurs cherchent surtout à faire du sensitif "parfait".

Proutovski : À quels jeux pensez-vous ?

4G Master : Ils sont souvent peu connus.

Jules Seigneur : Le geek de base sortirait Kojima pour exemple, mais je ne pense pas qu'il soit valide. Sur ses jeux, je prends mon pied, mais niveau significatif… voilà quoi.
J'ai pas vraiment d'exemple en tête, parce qu'en fait souvent plutôt que d'avoir du significatif, c'est remplacé par de la poésie, comme dans Flower ou même Limbo, et c'est pas forcément un mal, mais c'est pas du significatif.

4G Master : Pareil pour moi. Jai de vagues idées de jeux en tête, mais aucun exemple concret, j'ai le ouvenir de très bon jeu qui mêlent un peu les deux, mais y a aussi une emphase sur le sensitif de toute manière.

Proutovski : Le poésie peut avoir du sens, hein. Mais les jeux de Genova Chen (Flower, Journey) me paraissent d'une ringardise absolu, c'est à peu prés aussi pauvre que les disques de relaxation qu'on vend à Nature & Découvertes, avec les bruits de l'eau et des petits oiseaux.

4G Master : J'aime la comparaison.

Jules Seigneur : Tiens Prout, je te le demande vite-fait, mais pense-tu qu'un jeu vidéo a déjà réussi a créer ce lien ?

Proutovski : Plus ou moins, mais rien de très réussi.
Dans tous les cas, le signifiant doit forcément passer par ce qui fait la spécificité du jeu vidéo et qui est sa composante majeure : le gameplay. Sans quoi celui-ci serait superflu. Je m'étonne que les jeux d'action (ce qui comprend aussi les jeux de plate-forme, FPS et parfois aventure) soient aussi pauvres. On a longtemps dit qu'Alfred Hitchcock n'avait rien à dire parce qu'il basait ses films sur le suspense, or justement son utilisation du suspense est une réflexion passionnante sur la peur. Et le gameplay de ces jeux peut fonctionner sensiblement de la même manière que le suspense, car il fait appel à quelque chose de très profond, intuitif : l'instinct, en quelque sorte. Je jouais à Mario Sunshine tout à l'heure, c'est un jeu très amusant, qui fait appel à ce type d'instinct, mais je ne vois aucune organisation qui me ferait réfléchir à quelque chose.

Jules Seigneur : Exactement. C'est pareil, avec Need for Speed, tu t'éclates mais c'ets très basique. Faire réfléchir à travers le gameplay, c'est dur mais pas impossible. Je pense à Papo & Yo qui me semble être un bon exemple, le gameplay étant une allégorie de l'alcoolisme du père et plain d'autres choses. Je sais pas s'il est bien, mais je pense que c'est intéressant.

Proutovski : Je ne connais pas ce jeu, il y a sans doute des choses intéressantes dans le milieu du jeu indépendant.

4G Master : Je ne pense pas de toute manière qu'on trouverait de bons exemples dans les jeux phares, cherchant à toucher un maximum de public, il n'ont aucun intérêt particulier à rajouter ce genre de chose dans leur jeux. Après je ne connais pas Papa & Yo, mais ça a en effet l'air intéressant.

Jules Seigneur : Le jeu indépendant doit être une mine d'or pour ça, c'est souvent là qu'on trouve les créateurs les plus créatifs justement.

4G Master : Oui, mais ce n'est pas pour autant qu'ils ont réussi ce lien « parfait ».

Proutovski : Je ne sais pas, tout ce à quoi j'ai joué était assez décevant, je crois qu'il commence à saisir le problème dont je parle, mais ils sont encore très simplistes.

4G Master : Ils doivent sûrement avoir eu plusieurs approches différentes (ce qui est d'autant plus intéressant).  Cela dit, niveau jeu indépendant j'y connais pas grand chose alors je dis peut-être des conneries. Leur gros avantage, c'est que contrairement à des firmes importantes, ils n'ont pas vraiment de « pressions ». Le grand défaut, c'est que je pense qu'ils n'ont pas autant de moyens mais surtout qu'ils n'auront pas d'impact, et que du coup ça sert pas à grand chose d'essayer de faire une perle pareille si personne ou presque est au courant.

Jules Seigneur : Tu penses à quoi qui t'as déçu en particulier ?

Proutovski : Braid, World of Goo. je dirais que le gameplay de Braid m'a intéressé mais pas son histoire, et le contraire pour World of Goo. C'est un gros problème, les deux doivent être liés.

4G Master : Prout, c'est normal que tu sois déçu, personne ne mérite ton approbation. Plus sérieusement, ils sont limités, ils ne peuvent pas non plus trop s'éloigner d'un truc simple. Ils doivent rester assez accessible pour que même un public relativement indifférent au côté signifiant s'y intéresse et rester très sensitif sûrement. Mais il y en a peut-être qui ont essayé mais qui sont tombés dans l'oubli, car justement ils allaient trop loin.

Proutovski : Ça revient à dire que le public recherche des sensations, je suis pas forcément d'accord avec ça. Je dirais plutôt qu'on l'a accoutumé à cela, car il est plus facile de produire du sensitif que du signifiant. C'est encore une fois le même problème que la drogue, ou que le romantisme.

4G Master : Mais ce n'est pas l'action des jeux seuls qui l'on conduit à ça. Même sans ce conditionnement, je pense qu'une partie du public ne voudrait que d'un jeu sensitif, défouloir, et il en faut de toute manière. Après j'ai peut-être mal compris ton problème, je ne connais pas les jeux dont tu parles, donc par exemple quand tu dis que le gameplay de Braid t'a intéressé, je n'ai aucune idée de ce dont tu parles.

Jules Seigneur : C'est vrai que les divertissements d'aujourd'hui prônent le plaisir immédiat et les sensations, donc il est plus dur de trouver un jeu qui a du significatif.

Proutovski : Braid, c'est un jeu dans lequel il faut remonter le temps pour résoudre des énigmes. Ça m'a pas spécialement intéressé en fait, mais c'était une bonne base pour une réflexion plus poussée. Alors que Wolrd of Goo, c'était un bête puzzle game, mais il y avait une histoire sur l'environnement autour, un peu niais, mais ça aurait pu être pire.

4G Master : Et il y a aussi le fait que les sensations et le plaisir s'atteignent et disparaissent rapidement. Les réflexion demandent du temps, or plus le temps est court, plus il reste de la place pour d'autres choses, d'autres jeux. Ça rejoint le problème de drogue, et de recherche du commerce : quantité prime sur qualité, un truc du genre.

Jules Seigneur : Exactement 4G. C'est quelque chose auquel je pense souvent : le plaisir comme le sexe ou une blague entre potes, c'est éphémère, mais quelque chose qui marque, c'est bien plus dur à trouver mais bien plus agréable, bien plus excitant au final.

4G Master : Tu me fais penser à la différence sexe et amour véritable là, Naruk.

Proutovski : Après, il faut aussi réfléchir aux causes du problème.

4G Master : Les causes primaires sont évidentes. Si tu crées une dépendance, tu peux vendre plus et gagner plus. Après  il y a sûrement d'autres causes plus subtiles.

Jules Seigneur : Les causes ? Je sais pas, peut-être une prise de conscience de notre côté éphémère: les gens souhaitent se sentir vivre, avoir des sensations fortes.

4G Master : Je rejoins Naruk, mais il est vrès que quand on a des beaucoup de sensations, on se sent plus vivant. La vitesse des sensation rentre en nous et semble nous activer, mais c'est une illusion : on est bien plus vivant (et le montre plus) en réflessissant.

Proutovski : Après, on peut se poser plusieurs questions : pourquoi le public aiment-ils ces jeux ? pourquoi les éditeurs produisent-ils ces jeux ? pourquoi aucun artiste n'essaye de développer de jeux réellement artistiques ?

Jules Seigneur : Pourquoi le public aime ces jeux ? Je peux répondre pour moi: parce que cela me fait vivre une autre vie, parce que cela me permet de rêver et de trouver une autre réalité. Je ne sais pas pour les autres mais c'est ce que je préfère.

4G Master : Jules, je pense que le public rechercher des sensations qu'il ne peut pas avoir dans la réalité, et c'est que je cherche moi aussi.
Et Mario je ne pense pas qu'il n'y a aucun artiste qui essaye, je pense cependant qu'ils se limitent car un jeu, il faut pouvoir le vendre pour regagner l'argent. Là où un peintre peut gagner beaucoup sur une toile (si ça marche pour lui), il faut qu'un concepteur de jeu en vende beaucoup. S'il était unique à vendre il pourrait peut-être laisser libre cours à ses envies, et donc, s'il veut, développer plus ce côté réflexion

Proutovski : C'est en partie vrai, mais dans le cinéma, il y a eu des œuvres géniales, profondes et qui ont coûté très cher (2001 l'odyssée de l'espace, Apocalypse Now, Il était une fois dans l'ouest, etc.).

Jules Seigneur : Moi je réfléchis surtout en confrontant mes idées, aussi stupides soient-elles, à celles des autres mais bon.

4G Master : Oui, ça aussi Jules, mais ça je dirais que c'est la base de la réflexion, voire la définition. Une réflexion, c'est une confrontation d'idées, tes propres idées avec d'autres idées à toi ou avec d'autres personnes.
Et dans les films que tu cites, le côté sensitif et plus important que le significatif.

Proutovski : Tu trouves que 2001, Apocalypse Now et Il était une fois dans l'ouest sont peu signifiants ? O.o

4G Master : Peu, je ne sais pas, mais  je trouve qu'il y a pas mal de sensitif. En film, niveau signifiant, je crois qu'il y a de meilleurs exemples, moins connus aussi.

Jules Seigneur : C'est pas peu signifiant mais je les ai jamais vus donc je vais pas en parler.

Proutovski : Ce n'est pas parce que ce sont des œuvres très sensitives, qu'elles sont peu signifiantes, sinon la musique a peu d'intérêt.

4G Master : En même temps, je cherche peut-être trop loin, puisque si on réfléchi bien, c'est normal qu'il y ait des sensation, c'est notre principale vecteur d'information  et c'est aussi notre motivation, même pour réfléchir il nous forcément des sensation et des désirs.

Proutovski : Oui, la question n'est pas qu'il y ait trop de sensations, mais pas assez de sens.

Jules Seigneur : S'il n'y a pas de sensation, alors faire un débat ou un partage d'idées est inutile, puisque les points de vue seront très plats, très impersonnels.

Proutovski : Bon, on poursuivra la question plus tard, si vous le voulez bien, j'aimerais évoquer un dernier point.
Je demandais tout à l'heure pourquoi les artistes n'essayaient pas de développer des jeux plus riches. En supposant que je parle bien d'artistes, c'est à dire de gens qui ont déjà l'intention de produire du sens, et analysant bien la question, je dirais que d'un côté, il y a la difficulté de devenir chef de projet sur un jeu vidéo, c'est un domaine très hiérarchisé et ce n'est pas celui qui a le plus de talent qui dirige mais celui dont le CV laisse à penser qu'il est le plus compétent, et d'un autre qu'il est très difficile de réaliser un jeu indépendant pour au final avoir peu de chances de pouvoir en vivre.

4G Master : Donc oui, je disais que j'en avais parler très rapidement et je suis assez d'accord avec toi,  surtout pour le dernier point.

Jules Seigneur : C'est vrai qu'il est dur d'à la fois se donner les moyens de réaliser un jeu à sa guise et d'en vivre complètement. La créativité est certainement bridée par ça, où les meilleurs éléments doivent suivre les directives de leurs chefs, mais d'un autre côté, avoir les moyens de réaliser un jeu complet et ambitieux demande des moyens que le programmeur lambda n'a pas.

4G Master : Même si tu le réalises, il est peu probable dans vivre si tu n'as pas un soutien derrière pour le produire, le vendre, l'exporter ou le faire connaître. Je m'écarte un peu du  sujet, mais est ce que certains jeux ont été produits et réalisés par grâce à des financements extérieurs (anonyme, public, je ne sais quoi) pour être vendus, et avoir un cetains succès ? En gros comme certains jeux online (mais eux ont l'avantage de pas avoir besoin de supports et donc d'être moins couteux à la réalisation, mais je pense qu'ils rapportent moins car ont rarement un succès important).

Jules Seigneur : Bon je suis désolé, mais je suis obligé de vous laisser :/ . Au revoir tout le monde, je dois dire que cette conversation à été instructive. Allez, à tchao bonsoir comme disait l'autre !

Proutovski : Nous nous retrouverons bientôt avec Jules Seigneur pour la suite ce cette passionante interview.




Deuxième partie : forums, pédérastie, politique, ultra-violence

Proutovski : Bonjour mes frères, nous revoilà avec Jules Seigneur, pour quelques minutes. On s'est quittés une journée entière, t'as changé, non ?

Jules Seigneur : Ouais, j'ai bronzé, c'est déjà ça

Proutovski : Ok, on s'en fout. À l'heure actuelle, tu dois être le seul valeureux frère à avoir quasi déserté SSB4.com pour rejoindre le forum de la dissidence. Tu peux nous expliquer le changement qui s'est opéré dans ta vie depuis ?

Jules Seigneur : Déjà ça m'a permis de réaliser que quitter ce site du démon me laissait bien plus de temps libre, et ensuite je me sens bien plus motivé, bien plus énergique, motivation et énergie que j'utilise pour aider la dissidence bien sûr. D'ailleurs à tout ceux qui n'ont pas encore osé déserter ssb4.com : faites-le, vous vous sentirez bien mieux !

Proutovski : Exactement, je crois que cela fait également parti du plan de Vil de rendre tous les membres de son forum asthéniques. Il doit utiliser des images subliminales ou des nano-particules qu'il diffuse à l'aide du Wi-fi.

Jules Seigneur : Ça ne m'étonnerait pas de lui et de son complot sioniste, Dieu seul sait où il s'arrêtera et ce qu'il prépare…

Proutovski : Mes premières révélations l'ont considérablement affaibli, son forum est de moins en moins visité. Je crois que même si les gens s'ont encore effrayé à l'idée de rejoindre la dissidence (par peur des représailles), beaucoup ont compris que Vilain essayait de les piéger.

Jules Seigneur : Oui, des tensions se sentent sur le forum. Mais ils n'ont pas à avoir peur de représailles, son champ d'action est limité à ssb4.com, ils peuvent venir en toute tranquillité.
Le problème avec Vilain, c'est qu'il n'abandonne jamais, tant qu'il trouvera de nouvelles âmes à pervertir il le fera. Ce sera une bataille de longue haleine, mais j'ai confiance.

Proutovski : Vilain a clairement un lien très fort avec Satan. Vu le nombre de salopards qui l'entourent, cette bande ne peut être que celle d'envoyés de l'Enfer. Tu parviens à concevoir le degré de dégénérescence de quelqu'un comme Angstorm ?

Jules Seigneur : J'ai du mal et pourtant je l'ai souvent côtoyé. Ce type, c'est un Baron de l'Enfer, c'est pas possible autrement. Même quand je fais de rapides incursions là-bas, si je le croise, il sera prêt à me harceler avec ses vannes miteuses, j'ai l'impression de perdre des points de Q.I. à chaque fois que je parle avec lui. Mais évidemment, il le fait exprès. Ce type est effrayant.

Proutovski : Et pourtant, Vilain lui-même a été trahi par lui. Le jeu auquel ils jouent est vraiment malsain.

Jules Seigneur : C'est dire le niveau de perversité

Proutovski : Car de toute évidence, la participation de Vilain à cette affaire était un leurre. C'était pour détourner notre attention de leur alliance.

Jules Seigneur : C'est évident. Le plan de Vilain est complexe et bien construit, je l'admets, et surtout il est aidé par pas mal de salopards, c'est un gars vraiment dangereux. Heureusement qu'il reste d'honnêtes gens, comme nous tous, dissidents

Proutovski : Que penses-tu du nombre d'homosexuels dans les hautes instances de leur forum ?

Jules Seigneur : Pas grand-chose, dans le cas présent, je pense qu'il s'agit plus de coïncidences, après tout gay ne rime pas forcément avec enculé (enfin si, mais là n'est pas la question). Mais c'est vrai qu'il y en a beaucoup, c'est troublant. Peut-être est-ce fait exprès, le plan de Vilain est vraiment tordu

Proutovski : Là-dessus, ça me semble très simple, au contraire. Il essaye de mettre un maximum de jeunes gens (comme toi) au contact de pédérastes pour les transformer en détraqués.

Jules Seigneur : Moui, c'est possible. Mais une fois encore c'est pas forcément parce qu'ils sont pédé qu'ils sont mauvais, y a des pédé très gentils. Après c'est vrai que certains sont malsains, il est vrai.

Proutovski : De fait, l'homosexualité est une perversité.

Jules Seigneur : Non, je ne pense pas. On peut vivre sa vie sans faire de mal à personne en étant gay. Par contre certains sont pervers, hein, je dis pas le contraire.

Proutovski : J'ai du mal à comprendre ta logique. Te souviens-tu de ce qui est arrivé à Sodome et Gomorrhe ?

Jules Seigneur : Heu non, tu peux éclairer ma lanterne ?

Proutovski : Eh bien, c'est dans la Bible, deux villes remplies de pédérastes qui y commettaient les pires ignominies, et ces villes ont été détruites par la colère de Dieu.

Jules Seigneur : Bon, ben prions pour que ce soit ce qu'il arrive à ssb4.com alors .

Proutovski : Exactement.
Peux-tu nous rappeler où tu vis ?

Jules Seigneur : Dans le 77, à Trilport précisément, juste à côté de Meaux. C'est une ville sympa, on est à la fois proche de la campagne et de la ville, donc il y en a pour tout les goûts.

Proutovski : C'est pas vraiment la téci alors ?

Jules Seigneur : Non ça va, on a pas à se plaindre; La téci, c'est plutôt Meaux en fait, y a des quartiers qui craignent. Mais dans l'ensemble, ça reste pépère

Proutovski : Tu connais bien Jean-François Copé ?

Jules Seigneur : Pas personnellement, mais je l'ai déjà vu en vrai et je suis ce qu'il fait, donc à défaut de la connaître personnellement, je le connais bien, oui.

Proutovski : Tu as été ému par son discours sur les pains au chocolat ?

Jules Seigneur : Oui, c'était quand même puissant je trouve. Bon, l'affaire aurait pas dû avoir lieu à mon avis, mais il s'en est bien sorti.

Proutovski : Toi aussi, tu t'es déjà fait racketter ta chocolatine ?

Jules Seigneur : Non, jamais, en même temps je fais pas le Ramadan et je la bouffe super vite en général, donc à moins de me mettre le bras au fond de la gorge, c'est dur de la récupérer. Mais c'est déjà arrivé autour de moi, oui. Tant de violence pour un pain au chocolat, c'est triste, quand même.

Proutovski : Toi-même, tu fais de la politique ?

Jules Seigneur : Non, pas encore. Toutefois, quand l'occasion se présentera, j'en ferai, c'est quelque chose qui me fait envie à vrai dire.

Proutovski : Pour quelles raisons ?

Jules Seigneur : Ben, notre maire est un gros branleur alcoolique, donc j'aimerais bien remettre de l'ordre dans tout ça.

Proutovski : En faisant quoi par exemple ?

Jules Seigneur : Déjà, en fermant tout un tas de services et de dépenses inutiles comme changer les fleurs tout les 2 mois. Ensuite en arrêtant de vouloir agrandir la ville à tout prix, car si pour l'instant, on est à moins de 5000 habitants, si on passe à plus de 5000 ça fait de plus gros impôts. Et c'est juste pas rentable, en fait, donc voilà, il s'agirait d'arrêter de jeter l'argent par les fenêtres, et mettre plus de flics aussi.

Proutovski : Les fleurs, c'est souvent un problème effectivement, mais il y  a des gens qui aiment les fleurs.

Jules Seigneur : J'ai pas dit le contraire, mais quand tu vois qu'il y a qu'un seul flic et que les fleurs sont changées constamment, tu te dis qu'il y a un problème. bEt si tu te fais agresser dans la rue, je pense que le flic sera plus efficace qu'une pâquerette à la con.

Proutovski : Le problème, c'est que les fleurs sont souvent saccagées, c'est pour ça qu'ils les changent.

Jules Seigneur : Oui, je comprends, et c'est dommage, mais il s'agit d'avoir le sens des priorités. En plus on a des problèmes de trafic de drogue dans le voisinage, donc plus de flics, ça serait pas du luxe.

Proutovski : Je ne suis pas sûr que ce soit la police municipale qui s'occupe des trafics de drogue.

Jules Seigneur : Ouais c'est vrai mais si c'était un peu plus surveillé, ce serait plus dissuasif, et y a une sacrée bande de branquignols qui se baladent en centre-ville, donc bon, je pense que ça servirait.

Proutovski : Tu as déjà défiguré quelqu'un en le cognant ?

Jules Seigneur : Ouais, j'ai déjà éclaté la lèvre d'un pote en lui foutant un coup de poing, et une autre fois j'ai cassé une dent à un autre. Mais j'étais petit, je suis plus raisonnable maintenant. Je vise les parties intimes, ça laisse moins de traces.

Proutovski : Ah oui, donc tu es le roi de la baston.

Jules Seigneur : Un peu oui, quand je suis en rogne rien ne m'arrête. Je suis Hulk en moins vert, quoi. (Et moins fort aussi faut pas déconne.)

Proutovski : Tu penses que la dialectique peut casser des briques ?

Jules Seigneur : Si on se débrouille bien, oui, ça peut le faire, sans aucun doute.

Proutovski : Tu serais déçu de mourir sans jamais avoir tué un homme ?

Jules Seigneur : Je sais pas, honnêtement. C'est vrai que c'est une sacrée expérience, mais je sais pas si ça vaut le coup, c'est à méditer.

Proutovski : Est-ce que tu encules Marine juste parce que ça fait zizir ?

Jules Seigneur : Ouais, juste pour le plaisir. Je suis un homme simple qui aime les choses simples.

Proutovski : Ah bon.
Nous allons bientôt nous quitter, Seigneur.

Jules Seigneur : Déjà… C'est passé si vite, cette interview.

Proutovski : Pour finir, penses-tu que vivre, c'est risquer de mourir ?

Jules Seigneur : Bien sûr. La vie elle-même est une prise de risques, et mourir en est la conséquence.

Proutovski : Merci Jules, pour cette interview. J'espère que tu continueras la lutte jusqu'au boutn à nos côtés.

Jules Seigneur : De rien, et sois assuré que je soutiendrai la dissidence aussi longtemps qu'il le faut.

Proutovski : À la semaine prochaine, mes frères, pour une interview haute en couleurs et en paillettes.
avatar
Proutovski
Président-Amical

Messages : 76
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://lenouveausupersmashb.star-ac.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Doktor Cadok Benguigui le Lun 15 Juil - 22:23

Très très cool. Peut être l'interview la plus intéressante pour l'instant.

Par contre, ce serait possible d'avoir les paroles originales de 4G ? Je soupçonne des édits assez prononcés dans ses répliques.
avatar
Doktor Cadok Benguigui
Président du vice

Messages : 73
Date d'inscription : 05/05/2013
Localisation : université la source de Conakry

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Naruk le Lun 15 Juil - 22:33

Tu soupçonnes bien Croc
avatar
Naruk

Messages : 51
Date d'inscription : 09/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Proutovski le Lun 15 Juil - 22:56

Les édits étaient nécessaires. Comme je l'ai expliqué en prélude, 4G Master est un maître de la pensée transcendantale, son verbe avait besoin de passer par le biais d'une certaine formalisation pour être compris de tous.
avatar
Proutovski
Président-Amical

Messages : 76
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur http://lenouveausupersmashb.star-ac.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Ostro Dorofiss le Mer 17 Juil - 20:22

Interview très intéressante, surpris de la venue de 4G. Félicitations Proutovski.
avatar
Ostro Dorofiss
Arracheur de dents

Messages : 24
Date d'inscription : 13/05/2013
Age : 46
Localisation : Oberhausbergen

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Chuck Norris le Ven 19 Juil - 19:20

T'a bronze en un jour ? Interview geniale.
avatar
Chuck Norris

Messages : 21
Date d'inscription : 25/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les interviews dissidents - Semaine n°4 : Naruk l'esquimau

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum